pixel
Now Reading
L’objectif de Lorenzo et de son crew Alliance est de promouvoir la danse Electro et de la faire reconnaître à sa juste valeur

L’objectif de Lorenzo et de son crew Alliance est de promouvoir la danse Electro et de la faire reconnaître à sa juste valeur

La danse Electro ne vous dira certainement pas grand-chose. C’est Lorenzo qui m’a fait l’honneur de me la présenter. Son premier rapport avec la danse Electro fut à Toulouse en 2009. Pratiquant la danse hip-hop au sein d’un groupe toulousain, son ami qu’on surnomme « Tisha » mélangeait déjà la gestuelle de la danse Electro à la danse hip-hop.

C’est une danse qui est apparue en 2006 dans l’Essonne dans une boîte nommée le Metropolis. Une grande boîte avec plusieurs salles, donc plusieurs ambiances (techno, raves, dancehall, hip-hop etc.) » La danse Electro est le fruit d’un mélange de culture sonore et de danseurs issus d’horizons différents. Il y avait des hippies, des gars bien sapés etc… Ce qu’il faut savoir c’est que la danse Electro, c’est une danse de club ! C’est du clubbing au même titre que la house dance qui s’est ensuite diversifiée et mélangée avec d’autres danses. En 2007, la première génération de danseur Electro a donc commencé au Metropolis. On peut citer William Fala [qui fut à l’époque l’égérie Tecktonik], Bradok, Karmapa… »

Avec le développement des réseaux sociaux tels que Skyblog, MSN, ou encore la plate-forme YouTube qui prennent de plus en plus d’ampleur, les vidéos de danse Electro sont très vite devenues virales. Grâce à YouTube, beaucoup de personnes regardaient les vidéos d’Electro comme celle de Jeyjey qui a fait des millions de vues.

Suite à cette effervescence sur les réseaux, un événement Electro fut organisé en 2007 : le Vertifight. Les créateurs étaient des danseurs venant de la culture hip-hop : Youval, Steady et Hagson. Pour Lorenzo, le Vertifight était le grand battle Electro et il a contribué à l’expansion de la danse Electro dans le monde, surtout en Russie et dans les pays d’Amérique latine, aux alentours des années 2010/2011.

Malgré son développement rapide et son succès sur la toile, la danse Electro a été largement critiquée par les danseurs hip-hop. Ce qui a provoqué cette fameuse battle Youval vs Paul Ereck. Youval était très critiqué par le public hip-hop parce qu’il venait prendre la défense de l’Electro devant le public hip-hop

Lorenzo mentionne également cet amalgame entre la danse l’Electro et la Tecktonik qui était en fait le nom d’une soirée organisée par un gars à Metropolis. Si la soirée s’appelait Tecktonik on y a toujours dansé de l’Electro sur de la musique électronique ! La tenue vestimentaire était très codifiée avec principalement des fringues fluos, du gel et l’organisateur a surfé sur la vague en créant des T-shirt Tecktonic. Les médias se sont acharnés sur cette jeunesse à l’époque. Même le documentaire de l’INA a donné de l’Electro une image superficielle. Ce fut donc perçu comme une danse de jeunots surexcités et sans véritable valeur.  Lorsqu’ils ont fait ce reportage, L’INA n’a pas interviewé les vrais activistes de la culture Electro. Ils l’ont perçue comme un effet de mode donc ils se sont permis d’interviewer n’importe quel jeune dans la rue.

La question a donc été vite posée : Est-ce que la danse Electro est un effet de mode ou pas ? Ou est-ce une vraie danse. Il y a eu deux camps : ceux qui l’ont pris pour une mode, et ceux qui l’ont pris comme une vraie danse. Le monde de la danse hip-hop ne l’ayant jamais reconnu, le monde de la danse Electro s’est donc renfermé sur lui-même.

Les pas de danse Electro ne sont pas encore définis. Même si beaucoup de gens pensent le contraire, c’est une danse encore très jeune. Tout est bon pour l’enrichir. C’est important, ça. Ça peut être n’importe quoi. Genre moi un jour j’ai fait une vrille, les gens ont fait « Wooo c’est un truc de ouf ! » bah maintenant je vois des petits qui font des vrilles dans leurs freestyles. Donc voilà, c’est une danse qui est tellement jeune et ouverte que tu peux en faire tout ce que tu veux si tu l’assumes et que ça passe sur le son.

Aujourd’hui la danse Electro se fait reconnaître de plus en plus avec la représentation des danseurs Electro dans des événements de danse connus comme I love this dance

La culture Electro a encore beaucoup de potentiel pour se développer. L’objectif de Lorenzo et son groupe (Alliance Crew) est de la promouvoir afin qu’elle soit reconnue à sa juste valeur, ce qui aujourd’hui n’est pas encore le cas.

Scroll To Top