pixel
Now Reading
La culture hip-hop n’aide pas à créer une compréhension entre les genres

La culture hip-hop n’aide pas à créer une compréhension entre les genres

Bonjour, je m’appelle Lady K, je suis graffeuse et j’ai rencontré une autre graffeuse, Amina qui vit et travaille à São Paulo, elle se dresse au quotidien contre le machisme.

Bonjour Amina, comment vas-tu ?

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Nathalia, j’ai grandi et je vis dans la périphérie de São Paulo. Je suis graffeuse et j’ai pour objectif de révolutionner le comportement des femmes qui vivent quotidiennement avec la répression du machisme.

N’est-il pas plus difficile de peindre à Sao Paulo, que dans les pays où le niveau de vie est plus élevé ? La peinture, les livres, etc, sont chers et le temps est consacré à gagner de l’argent plutôt qu’aux loisirs ?

Oui, ici, les choses sont beaucoup plus difficiles financièrement. Cela a été l’une des principales raisons qui m’ont poussées de devenir un modèle en plus de graffer. Ce qui aujourd’hui me rapporte plus d’argent.

Comment peut-on changer les mentalités avec la peinture ? Les hommes au Brésil sont-ils particulièrement machos ?

Avec ma posture, la discipline que je développe au quotidien, je gagne le respect et j’impressionne beaucoup d’hommes qui avaient jusqu’ici l’esprit fermé. Ils commencent à voir les femmes d’une autre manière, à comprendre que ce n’est pas parce qu’une femme s’expose qu’elle est une dévergondée, sans caractère

Depuis quand peins-tu ?

J’ai toujours beaucoup dessiné depuis mon enfance, mais je graffe depuis environ 3 ans.

Que faisais-tu avant ?

Je dessinais des femmes, les intérieurs de maisons, le football, la nature et les personnages en général. Mais ce sont les maisons qui ont toujours eu ma préférence

Pourquoi as-tu choisi les lettres ?

J’aime écrire, j’ai toujours été passionné par les lettres. Et les premiers graffeurs que j’ai rencontrés et qui m’ont influencé ne faisaient que des lettres. “A MINA” était quelque chose qui correspondait parfaitement à personnalité unique.

Qu’est-ce que cela signifie “A MINA” ?

“A MINA” est comme “THE GIRL”, une fille d’honneur

Tu alternes des photos de toi dans un costume de bain, en short et des photos de peinture, pourquoi ?

Parce que tout cela fait partie de ma personnalité et de ma réalité. Cela n’a pas de sens pour moi de cacher mon corps pour prouver que je suis un bon graffeur. J’espère que les gens comprennent que les femmes autonomes, qui prennent soin d’elles-mêmes, et s’estiment ont aussi le potentiel et la capacité de faire d’autres choses comme des graffitis. Pendant de nombreuses années, les “belles” femmes n’ont servi qu’à donner du plaisir aux hommes, tandis que les femmes considérées comme des intellectuelles n’ont servi qu’à servir leur mari, à prendre soin de leur maison et de leurs enfants.

N’est-ce pas un peu injuste qu’on ne fasse aucun commentaire sur un homme torse nu ?

Je pense que c’est injuste ! Je ne respecte donc pas les normes

As-tu des idées pour que nous sortions de notre condition de soumission aux hommes pour commencer à nous appartenir ?

Cherchez toujours des informations, des connaissances, soyez indépendante socialement et financièrement pour ne dépendre d’aucun homme.

Quelle est la réaction des gens à ta tenue en général ?

Au début, on m’a jugé, j’ai reçu beaucoup de commentaires machos venant principalement de femmes, mais j’ai toujours cru en mon potentiel. Il n’était pas logique que je cesse de m’exposer pour suivre un modèle que les hommes ont imposé au sein du mouvement hiphop. Je pense que j’ai réussi à me distinguer. Aujourd’hui, je réalise que c’est un acte révolutionnaire et qu’il y a beaucoup plus de gens qui m’admirent pour cela.

Tu ne te reconnais donc pas dans le la masculinité que les hommes font entrer dans le hip-hop ?

Je ne m’identifie pas à la partie sexiste dans laquelle les hommes inscrivent le hiphop. Les femmes doivent absolument conquérir leur espace au sein de ce mouvement et s’imposer.

Tu apportes donc tes propres codes féminins au hip-hop, un modèle où l’on est amené à des poupées Barbies, des bébés, où l’on apprend à être très belle et à se taire ?

Depuis l’enfance, la plupart des femmes sont réprimées et éduquées pour être soumises aux hommes. Ce sont précisément les conséquences de ce machisme que nous subissons dans le hip-hop.

Quand tu écoutes les textes des rappeurs, les femmes sont souvent b **, peu respectées et respectables, un peu comme dans les films porno, je ne pense pas que cela aide à créer une compréhension entre les genres, mais au contraire à renforcer la domination patriarcale. Est-ce que tu as des solutions pour remédier à cette humiliation permanente ?

Je pense que le hip hop est la voix des périphéries opprimées par le système. A travers les textes ils transmettent toujours un message à leur public cible. Dans la musique, j’imagine un message pour que le public cible ne tombe pas dans les pièges du système ; pour les hommes, c’est la marginalité, une vie de crime et de drogue, pour les femmes, la prostitution qui détruit l’estime de soi et la dignité. Face à la misère, le hip hop doit nous donner de la force, des informations et nous éviter de devenir victime d’un système sale et oppressif. Les rappeurs qui ne parlent que d’argent, d’ostentation, de drogue et de prostituées ne peuvent en aucun cas être considérés comme des rappeurs. L’essence du hip-hop c’est le respect et la discipline.

On te voit aussi aller à la gym. Y passes-tu beaucoup de temps ?

Je fais de la musculation depuis quelques mois, et j’en suis complètement folle. C’est une des choses qui me font le plus plaisir, non seulement physiquement mais aussi émotionnellement. Je pense que toutes les femmes devraient prendre soin d’elles-mêmes, c’est un acte d’amour-propre. Les gens ne le savent pas forcément, mais sculpter son corps est un vrai travail …

Lorsque les hommes marchent dehors, ils n’ont pas grand-chose à craindre sinon pour leurs objets de valeur, pour nous les femmes notre corps est notre propriété et nous devons y faire attention, pour ne pas qu’on nous le vole. Il y a quelque chose d’enivrant à pouvoir le montrer sans craindre d’être dépossédée ?

C’est vraiment triste, nous, les femmes, devons faire très attention dans les rues. Je fais toujours ce que je veux, mais j’essaie quand même d’être en sécurité avec des gens en qui j’ai confiance.

La plupart des hommes ont tendance à considérer les femmes comme leur propriété. Certains se permettent même de commenter notre physique, ils aimeraient que l’on soit plus dodue, plus blonde, plus rousse, plus habillée, plus déshabillée… As-tu senti cela ? ?

Oui, j’ai déjà eu une relation abusive il y a quelques années. Après m’en être remise, je n’étais plus la même personne et je n’ai plus jamais toléré ce genre de choses. Aujourd’hui, l’opinion des hommes, honnêtement, ça ne m’intéresse plus.

Il nous appartiendrait également de nous cacher afin pour ne pas éveiller leur désir. Qu’en penses-tu ?

Ne pas s’exposer pour ne pas éveiller une envie compulsive ne ferait que renforcer l’idée de domination patriarcale et de viol. Il est injuste et totalement égoïste d’imposer à quelqu’un de ne pas faire ce qu’il a le droit de faire juste pour faire plaisir des hommes. Il est normal d’être libre, ce sont ceux qui ne nous respectent pas et qui sont dans l’erreur.

Lorsque tu exposes ton corps, tu ne fait de mal à personne et pourtant n’as-tu pas l’impression d’être plus coupable, plus critiquée, qu’un homme qui viole un enfant ou une femme, voire un autre homme dans de rares cas ?

Exactement ! Une fois de plus, la société ferme les yeux sur les fautes des hommes et fait toujours porter le fardeau de l’injustice aux femmes

Penses-tu que ces photos sont des actes de résistance contre la domination patriarcale, ou sont-elles simplement le résultat de cette domination ?

Je crois qu’il s’agit d’un acte de résistance. La société doit comprendre que le corps de chaque femme lui appartient, qu’elle soit exposée ou non. Habillée ou nue, chaque femme doit être respectée. Malheureusement, de nombreuses femmes continuent à reproduire le machisme et perpétuent l’idée qu’une femme exposée est vulgaire et ne se respecte pas. L’autonomisation des femmes doit passer par la sexualité ! Quelque chose qui est censé être si sacré ne devrait pas rester tabou pour nous. Les femmes ne doivent pas avoir peur d’être vues comme un objet sexuel. Ne pas s’exposer par peur de ce que les autres vont penser ne fait que renforcer la domination patriarcale. C’est ce que beaucoup d’hommes ressentent au quotidien lorsqu’ils rencontrent une femme dans la rue avec des vêtements courts. Ils pensent qu’elle cherche à être maltraitée, c’est ce tabou qu’il faut briser ! Contre les violences sexuelles et toujours en se battant pour la justice, pour nos droits et pour le respect.

Il est intéressant de constater qu’une femme habillée d’une mini-jupe peut, dans l’esprit de certains hommes, vouloir être maltraitée … De plus, en parlant de sexualité, la sexualité conventionnelle est basée sur le mythe de l’orgasme vaginal. La sexualité conventionnelle organise du corps de la femme pour le désir de l’homme, sans que les femmes puissent s’exprimer. Freud nous a d’ailleurs condamnées au silence en nous traitant de frigides et d’enfants parce que les terminaisons nerveuses du corps de la femme qui cherchent l’orgasme sont concentrées sur la zone du clitoris.

C’est une observation importante ! Et malheureusement, la plupart des hommes ne savent pas comment donner du plaisir aux femmes par manque d’intérêt et de connaissances. C’est pourquoi je suis contre la promiscuité, je crois qu’il ne vaut pas la peine de perdre du temps avec eux sachant que la plupart sont terribles au lit.

Que veux-tu que les gens pensent et disent de toi ?

Mon intention est d’inspirer d’autres femmes

Qu’est-ce qui t’a le plus inspiré dans la vie ?

Ce qui m’inspire le plus, me motive et me donne la force pour continuer à suivre mes rêves sont les gens qui me soutiennent et qui croient en mon potentiel, c’est très gratifiant ! Les graffitis en sont en grande partie la cause.

Tu es vraiment très intelligente, que fais-tu dans la vie ?

J’aime étudier, lire et surtout écrire. En dehors du graffiti, je travaille aussi comme modèle. Je n’aime pas me limiter à une seule chose.

Finalement, quand on te lit, on découvre que nos stéréotypes nous font croire qu’une femme laide est intelligente, une belle femme stupide, pourquoi selon toi ?

La société machiste, les hommes et les femmes qui reproduisent le machisme, considèrent une femme qui prend soin d’elle-même, qui s’estime et qui est belle comme un objet sexuel qui ne se préoccupe que de plaire aux hommes. Pour moi, c’est absurde et c’est un tabou qu’il faut briser !

Merci Amina pour cette interview très intéressante, ayez une belle journée.

Scroll To Top