pixel
Now Reading
Carte blanche à Manon Merrien-Joly

Carte blanche à Manon Merrien-Joly

Manon est journaliste lifestyle pour HIYA!. Elle écrit également pour le Bonbon et Manifesto XXI. Passionnée par la mode, la culture et toujours en quête de nouvelles tendances, elle écrit régulièrement dans nos colonnes pour vous partager ses dernières trouvailles et coups de cœur. Retrouvez ses articles sur hiya.fr.

C’est quoi le dernier truc dans l’actu qui t’a fait péter un câble ?

Dans la matinale de France Inter du 10 mars, la chef économiste de l’OCDE Laurence Boone, interrogée sur le retour de la croissance économique comme antithèse à la préservation de la planète répondait complètement à côté, disant « on veut des personnes qui aient des emplois de qualité », mentionnant des pays qui « font du vert » et parlait encore de « croissance verte ». 

Pour moi, c’est encore du greenwashing, pour tenter de faire perdurer un modèle capitaliste qui s’épuise, et qui épuise la planète. L’économiste écartait toute possibilité de décroissance, qui selon elle ne permet pas de créer des emplois. Mais est-ce une vie de travailler pour un SMIC et se ruiner la santé en laissant à nos enfants un monde sur-industrialisé ? Ce genre de discours est symptomatique de l’époque dans laquelle on vit, une époque dans laquelle les riches n’abandonneront leurs privilèges pour rien au monde.

C’est un fait parmi tant d’autres : je pourrais aussi mentionner les polémiques réactionnaires sur « l’américanisation » des universités, sur « l’islamo-gauchisation », la stigmatisation des populations issues de l’immigration… C’est dur de ne citer qu’une seule chose.

C’est quoi pour toi LE truc qu’on a pas compris en France ?

Qu’il faut combiner luttes sociales et combat écologique pour faire progresser nos conditions de vie. Tant que la convergence de ces luttes ne sera pas atteinte, les voix ne seront pas suffisamment portées et resteront inaudibles.

Qu’est-ce qui te donne de la force pour le futur ?

Constater que partout autour de nous, les initiatives affluent pour rendre nos sociétés plus égalitaires et plus écologiques. Si le Gouvernement ne nous soutient pas dans cette démarche, le peuple s’en charge. Les associations  font un travail incroyable et la jeune génération est tellement éveillée à ces questions que j’ai un espoir grandissant. Je suis persuadée que nous arriverons à faire bouger les lignes ensemble.

Quand je te dis « culture », tu penses à quoi ?

Je pense à l’échange, aux idées, aux enfances, aux imaginations qui s’entrecroisent et s’emmêlent pour créer – indépendamment des conditions matérielles (dont la culture manque cruellement) – une société plus ouverte, plus bienveillante. Sans la culture, la société n’est rien. La culture, ce sont les fondations de la maison sociétale et sociale. Sans la culture, cette maison s’écroule.

Un dernier mot ?

Même si le présent paraît sombre pendant cette crise sanitaire, les émulsions de solidarité et de créativité qui en sont sorties me donnent espoir. Sans parler du « monde d’après », un terme qui ne veut rien dire pour moi, le passage à l’action doit et peut se faire aujourd’hui et maintenant..

3 sons qui représentent la culture d’aujourd’hui pour toi ? 

Lous and the Yakuza – Quatre heures du matin : pour la libération de la parole des femmes sur le harcèlement

Jul- En bande organisée : pour rappeler l’importance du collectif, un son sur lequel toute la France danse, toutes origines sociales confondues.

The Blaze – Territory : déjà parce que le duo est hyper enivrant mais aussi qu’en ces temps confinés et privés de libertés, nos proches sont celles et ceux qui nous permettent de garder le cap et de créer.

Comme Manon, contribue au mouvement ! Participe à la campagne sur Kiss Kiss Bank Bank et donne de la force sur les réseaux.

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top