pixel
Now Reading
“Tattoo made in jail” Interview d’Ody, détenu d’une prison au Mexique, par Veneno

“Tattoo made in jail” Interview d’Ody, détenu d’une prison au Mexique, par Veneno

Veneno : “J’ai rencontré Ody lors des mes interventions dans la prison Santa Maria de Ixcotel à Oaxaca au Mexique en 2018. J’y donnais des cours de gravures aux détenus dans l’atelier d’art de la prison “Taller Siqueiros“. Ody a participé à mon projet “Vandalo” en 2019. Après mettre lié d’amitié avec ce personnage attachant, je souhaite qu’il nous parle aujourd’hui de son art et plus spécifiquement des tatouages qu’il réalise au cœur de la prison à l’abris des regards des gardiens.”

Si un garde me découvre en train de tatouer, il le signalera à son supérieur et ils fouilleront toute ma cellule. Je devrais alors faire de l’isolement, enfermé et séparé des autres détenus pendant 15 jours.”

Peux-tu te présenter ?
Je suis connu sous le nom de Ody.

Comment et quand as-tu commencé à tatouer ? 

J’ai toujours aimé dessiner. Mes amis en prison faisaient du tatouage, j’ai alors décidé de m’y mettre, même si c’était un peu difficile au début…

Qu’est ce qui te plaît dans cette forme d’art ?

J’aime ça car cela me permet de me sentir libre pendant un moment. Chaque tatouage que je fais me remplit de satisfaction. J’apprends quelque chose de nouveau à chaque fois et c’est une manière pour moi d’avoir un contact particulier avec beaucoup de gens.

Quel support préfères-tu ? La peau, le cuir, d’autres matières ?
Je préfère la peau, mais c’est cool de tatouer également d’autres matériaux parce que j’apprends quelque chose de nouveau systématiquement.

comment te procures-tu tes machines ? Est-ce toi qui les fabriques ? Comment, avec quel matériel ?

Oui, je crée entièrement les machines que j’utilise.
Les différents matériaux pour pouvoir construire une machine à tatouer sont s’obtiennent sans trop de problème. En prison, il y a toujours une personne capable de te procurer des choses illégales. Dans un premier temps, on trouve une base solide qui ne dépasse pas 10 cm en forme de L.
Sur l’envers, on place le moteur de n’importe quel lecteur de disques ou de cassettes, de là on coupe une partie d’un briquet d’où sort le gaz et on le colle au fond de la base ; Une fois que tu t’es procuré le moteur, tu ajoutes un fil de cuivre d’environ 7 cm auquel on attachera l’aiguille. Le moteur placé, on passe l’aiguille à travers le briquet, qui a été coupé et collé à la base. Puis enfin, on connecte les fils au moteur prêt à tatouer.



Matériel :
Une alimentation électrique, un moteur de lecteur de musique (soit un tourne-disque soit un lecteur de cassettes), un briquet, de fines aiguilles à coudre ou une corde de guitare, une base métallique en forme de L, du fil électrique, de la ficelle.

si un gardien de la prison le découvre, que se passe-t-il ? Quels risques encoures-tu ?
Si un garde le découvre, il le signalera à son supérieur et ils fouilleront toute ma cellule.
S’ils me trouvent en train de tatouer, je devrais faire de l’isolement, enfermé et séparé des autres détenus pendant 15 jours.

Comment se passe justement ces sessions de tatouages sur les détenus ? Comment fais-tu pour ne pas te faire attraper par les gardiens lorsqu’il s’agit d’un travail de plusieurs heures par exemple un dos entier ?

Je suis toujours en alerte pendant deux ou trois heures.
Afin de ne pas se faire attraper par les gardiens, on met toujours une ou deux personnes pour faire le guet à l’entrée de la cellule.

Comment fais-tu pour dissimuler tes machines ? N’y a-t-il pas de fouilles régulièrement dans les cellules ? 
Nous avons tous des cachettes pour garder des choses illicites.
Il y a effectivement des fouilles régulières de nos cellules.

As-tu une ou plusieurs anecdotes à nous raconter sur une session de tatouage qui aurait mal tournée ? 
Une fois, j’étais en train de tatouer et j’ai remarqué qu’un garde nous observait depuis une fenêtre. Il a immédiatement averti ses collègues par radio. Juste avant qu’ils n’arrivent, nous avons eu le temps de donner la machine à un gars pour qu’il l’emporte.  Lorsqu’ils nous ont fouillés, ils n’ont rien trouvé, mais le gars qui avait pris la machine est devenu très nerveux et les gardes l’ont remarqué. Ils l’ont immédiatement fouillé et ont trouvé la machine. Ils l’ont emmené en isolement alors qu’il n’avait fait que cacher ma machine. Nous lui avons envoyé de l’argent pendant tout son séjour là-bas.

As-tu tatoué beaucoup de détenus à l’intérieur de la prison ?
Oui, j’ai tatoué plusieurs bandes dans la prison.

Quel genre de tatouages aimes-tu faire ?
Je ne fais que du tatouage à l’encre noire, ligne très définie avec ombrage en pointillés.

Tu affectionnes particulièrement les dessins au stylo bille. Peux-tu nous en dire plus.
Pour mes tatouages je dessine les images directement sur la peau avec un stylo à bille. Je n’utilise pas de pochoirs pour transférer l’image sur la peau, je vois simplement l’image, je la dessine et je la tatoue. J’aime utiliser le stylo bille pour mes illustrations sur papier aussi.

Tu pratiques également l’art de la gravure. Comment as-tu commencé et qu’est-ce que cette technique te procures ?
Oui la gravure m’intéresse énormément.
J’ai élargi mes connaissances artistiques grâce à cette technique, bien que je ne l’avais jamais pratiqué auparavant. Cela a commencé il y a trois ans avec l’invitation du professeur et artiste Cesar Chavez à participer à ses ateliers de gravure.

Tu as participé à mon projet en collaboration avec l’artiste Cristopher Diaz : VANDALO” avec plusieurs détenus au sein de la prison en 2019 . Projet qui rassemble le graffiti et la gravure. Qu’en as-tu pensé ? 
oui, j’ai participé au projet Vandalo. C’était passionnant de partager diverses idées avec mes compagnons de prison et les artistes.

Un mot de la fin ? Qu’aimerais-tu dire au lecteurs D’HIYA ? 
L’art prend une place très importante dans ma vie et m’a beaucoup aidé. Je le pratique à chaque instant, que ce soit par le biais de la peinture, gravure, dessin et tatouage.

Le mot de la fin :  Faire de votre passion votre profession. Merci beaucoup !

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top