pixel
Now Reading
Rhizomes sociaux

Rhizomes sociaux

Si l’épigenèse nous apprend que le cerveau humain change en fonction de ses comportements, quel rôle y joue le “réseau social”, nouvelle entité incontournable du monde contemporain? Quel seraient les caractéristiques d’un réseau “idéal” ? 

Toutes les personnes lisant ces lignes depuis la page Facebook d’Hiya se trouvent à l’instant sur le plus grand réseau social de la planète, nouvel outil dont nous sommes loin de concevoir encore tous les possibles – pour le meilleur comme le pire – et qui ressemble pour le moment beaucoup plus à des discussions de comptoir, de défouloir  des frustrations, des jalousies et des haines, propagateur de rumeurs infondées et venimeuses, de contagions d’idées délirantes, de rêves aussi naïfs que vains et de selfies à la frontière du fake . 

Bien-sûr, je caricature, mais pourtant, un tel potentiel d’interactions pourrait devenir un espace de créativité dans tous les domaines de la vie – comme de nombreux exemples le montrent – permettant à l’humain de transformer le virtuel en actuel, et cela dans des proportions que nous ne pouvons imaginer encore. 

De toute évidence, le “réseau social” participe d’une mutation épigénétique de l’espèce actuellement en cours, et dont le destin ne dépend que de l’usage qu’en font ceux qui y participent aujourd’hui. 

Comment ce “saut” qualitatif serait-il possible ? 

Une vision de ce que pourrait être ce saut «qualitatif» aiderait à imaginer des perspectives pour le développement du cerveau. 

Lorsque les ordinateurs sont arrivés et ont pris le relais de nos calculs journaliers puis ont emmagasiné de plus en plus d’informations les rendant accessibles à tous, nous nous sommes rendu compte, que ce nous croyons être l’intelligence n’était en fait que de la culture. 

Alors nous nous sommes concentrés sur les relations entre les informations plutôt que de collecter en premier lieu des informations. 

Au niveau du cerveau nous avons augmenté nos capacités synaptiques. 

Ce que nous faisons dans fb n’est pas bien différent de ce chacun de nous fait dans son cerveau à longueur de temps.

Nous mâchons et remâchons nos expériences, nos ennuis, nos plaisirs et nous nous donnons à travers cette procédure un sens, une continuité pendant que le reste de notre corps agit à 95% du temps en automatique. 

Ce comportement est en même temps une protection existentielle envers l’immensité dans laquelle nous baignons et qui risque de faire sauter les plombs de notre hémisphère gauche rationnel, réductif, responsable de l’analyse logique et de notre identité individuelle .

Effectivement l’ouverture à notre dimension universelle, spirituelle ou quantique (selon la façon de croire les choses!) ne peut pas se faire directement avec notre hémisphère gauche mais elle peut se faire, plus exactement, se recevoir à travers l’ hémisphère droit et semble-t-il l’épiphyse. 

Ce qui veut dire émotionnellement en forme associative, multidimensionnelle et  dans l’instant présent.

Je crois que notre saut qualitatif est en étroite relation avec la synchronisation des deux hémisphère de notre cerveau et surtout avec notre « réintégration » individuelle dans un contexte universel, que nous devons « sentir » pour manifester harmonieusement sur terre.

Pour en revenir a fb, vu que toutes nos créations sur terre sont de nature duale : Où se trouve la dimension de l’hémisphère droit par rapport à fb, qui correspond à un hémisphère gauche « mondial »? 

Où et comment pouvons nous synchroniser ces deux dimensions ? 

Celui qui a le mieux pressenti a son  époque cette sphère pensante que sont devenus les reseaux sociaux est sûrement Pierre Theillard de chardin avec son concept de Noosphère. 

L’avènement de l’homme marque un palier entièrement original, d’une importance égale à ce que fût l’apparition de la vie, et que l’on peut définir comme l’établissement sur la planète, d’une sphère pensante, surimposée à la biosphère, la noosphère.

En elle, l’immense effort de cérébralisation qui commença sur la terre juvénile va s’achever, en direction de l’organisation collective ou socialisation . 

L’avenir est un façonnement collectif du Réel . Un open source de créations.

Les nouveaux outils à notre disposition nous permettront des créations communes à échelle planétaire,  vertigineux comme un saut dans l’inconnu. 

Ensemble…

Scroll To Top