pixel
Now Reading
“Liberté en deuil” le nouveau son d’HORACHECK

“Liberté en deuil” le nouveau son d’HORACHECK

Horachek TWE, artiste et activiste de Paris, dont le parcours est entouré d’un voile d’ombre dévoile son clip ” Liberté en deuil “.



Tu viens de sortir le morceau “Liberté en deuil “, peux tu nous parler du titre ?
La Liberté est aujourd’hui particulièrement mise en danger en France. Les gouvernements successifs s’y étaient déjà attaqués sans relâche, mais Macron et ses alliés lui vouent une guerre totale. Liberté, impunité pour une caste privilégiée et répression, contrôle racket pour l’autre caste , la nôtre.

Tu fais référence au Pass sanitaire ?
Oui, parmi de nombreux outils qui viennent d’être déployés et mis en place récemment : la loi sécurité globale, les lois sur le séparatisme et bien sûr le pass Sanitaire profitant du choc dû à la pandémie. (Le gouvernement a sans doute compris avec l’insurrection des gilets jaunes qu’ils gouvernaient trop près du bord) Bien entendu le Pass sanitaire n’est qu’une fenêtre de tir de plus pour le contrôle social, il n’est en rien sanitaire, c’est un Pass politique qui permet de gagner encore plus de terrain sur les libertés individuelles.

Pourquoi avoir choisi de faire la sortie de ce morceau ce samedi 31 juillet ?
Le mouvement insurrectionnel qui démarre depuis quelques semaines est le prolongement de celui des gilets jaunes auquel j’ai participé de près. Peut-être de trop près d’ailleurs, beaucoup de blessures et d’amis proches détruits. Mais si on ne se bat pas, qui va le faire ?
C’est une façon pour moi d’occuper aussi le terrain musical , car malheureusement peu de chanteurs prennent la parole en ce moment. Le combat passe aussi par la culture.

Penses-tu que les artistes ont un devoir de témoignage face aux événements sociaux ? Aux injustices ?
L’art a pour devoir social de donner une issue aux angoisses de son époque. L’artiste fait partie des ” boucs émissaires ” symboliques et l’un de ses devoirs est de faire tomber les colères errante de son époque.

Mais tout n’est pas sombre dans la création ?
Certainement pas… le rap c’est une revendication de la vie avant tout. D’ailleurs, pour revenir à ta question précédente, je pense que l’art n’est pas simplement un témoignage, le seul fait de représenter, de dire les choses provoque une action directe sur l’esprit du monde. Nous savons que nous ne parlons pas dans le vide car nos œuvres possèdent un secret d’action.


Musicalement , tu viens sur ce morceau avec un style old school, sur une instrumentale Boombap à l’ancienne. Pourquoi ce choix ?
Oui , c’est pour rappeler l’origine contestataire du rap, son essence revendicative et dissidente. J’ai choisi ce registre “à l’ ancienne ” pour que d’entrée, à l’écoute, on sache que ce n’est pas un son pour les clubs. L’instrumental est de Low cut, Mixé par Rico , l’ingénieur son de Assassin, ça n’est pas anodin.


Parmis le rap revendicatif on distingue souvent : luttes et conflits. Comme deux forces parfois opposées. Ton rap sonne comme une provocation, une menace des fois.
Ces distinctions viennent de qui? Des plateaux télé ?
Elles n’existent pas vraiment pour moi, lorsque l’on a affaire à de la création. L’artiste a un statut à part qui ne se range pas dans ce genre de cases. Cela dit, je pense que toute création est aussi un acte de guerre. De guerre contre le destin parfois. Ce morceau je l’ai fait comme si j’avais fait une peinture. J’ai regardé le panorama de l’actualité. Le Réel qui se trouvait en face de moi et ce jour là, je l’ai trouvé sombre et conflictuel. Le morceau qui en découle est dans cette gamme de notes et de couleurs, dans cette note de colère. Je compose rapidement mes textes et ne reviens pas tellement dessus ensuite. J’aime le lâché impulsif d’une esquisse. Les autres jours, d’autres morceaux auront d’autres atmosphères. J’essaie de me laisser guider par un sentiment authentique. Il y a à l’intérieur de l’authenticité, une force rare que je respecte.

Peut tu nous parler du clip , entremêlé d’images d’archives et d’actualités ?
C’est Maika, dont j’aime beaucoup la façon de monter qui l’a réalisé. On peut y voir une sorte de Riot Porn d’images choc et choquantes, mais il est aussi parsemé de poésie. Il est porno dans la façon crue de montrer les images et romantique. Comme les émeutes peuvent l’être parfois.

Quels sont tes prochains projets ?
Le prochain son s’appelera Akira, l’univers du morceau se déploie dans le néo-panam city, avec une jeunesse cyber kairas en plein soulèvement….



Tes projet musicaux sont produit par Hiya 😉
Oui,. ” On marche derrière la vision d’Hiya, art guérilla première division ” ( extrait du morceau Akira)
Dédicace à tout mon crew TWE por la vida, une spéciale pour Lask et Kraco. Ainsi qu’à tous le Black Lines …
Merci à Veneno pour le logo.

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top