pixel
Now Reading
Nous sommes pour la vie

Nous sommes pour la vie

 
A l’heure où la fumée des incendies rejoignent les nuages, des pays entiers brûlent.
Le ciel s’étouffe, tandis que le néolibéralisme en roue libre ne cesse d’accomplir ses desseins ruineux. La nouvelle génération regarde à travers la matrice ratée d’un monde obsolète vers le lointain … 
ceux qui maintenant se soulèvent à côté d’une nature à nouveau enragée sont les armées du vivant. Nous sommes une nouvelle génération entièrement tournée vers la vie, vers le non-connu, vers les forces libres et folles de la création. 
Il faut cesser de parler aux décombres. 

Ne pensez pas que nous sommes peu, le peu occupe une place immense. 
Certains défenseurs de l’ancien monde peuvent creuser aussi profond que possible le fossé entre leur fiction de croissance et de sécurité et le désastre réel auquel ils ont participé activement. Si nécessaire jusqu’à l’abîme d’un dualisme, en prétendant vouloir protéger ce qui est pour le maintien de l’ordre régnant afin d’échapper à la démesure d’un temps “illisible “. Rien n’y fera … 
Le chaos s’incarne de plus en plus dans l’imprévisibilité de l’avenir, tout scénario confondu. Dans ce monde en béance, les clameurs de peurs réclament toujours plus de contrôle. 
Une sorte de cap unique semble guider les grandes nations et les forces économiques en présence. Une obsession de la loi (du marché) du plus fort dans un monde de plus en plus hiérarchisé (avec toutes les inégalités croissantes qu’il entraîne dans son sillage) et une gouvernementalité du contrôle se rêvant total. Cette marche autoritaire et écocide qui piétine petit à petit tout le vivant, ce soi disant “ordre des choses”, nous le rejetons de façon radicale. Nous aspirons à un avenir multiple à l’image du vivant,  à un avenir non clos. 


” De tous ces regards le vivant perçoit l’ouvert” (Rilke)
C’est de ce mouvement qui ouvre les frontières pour en faire un monde nouveau que nous nous revendiquons. Nous réclamons un mouvement qui échappe. Cette force d’appel, lorsque nous regardons le désastre annoncé de ce monde en autodestruction, non seulement nous appelle, mais nous regarde elle aussi avec les yeux des générations futures, avec les yeux du poète :
“Car il n’est de point qui ne te voit, tu dois changer ta vie.”(Rilke).

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top