pixel
Now Reading
Le pass sanitaire, l’arbre qui cache la forêt

Le pass sanitaire, l’arbre qui cache la forêt

Le rejet du pass sanitaire semble une affaire on ne peut plus sérieuse pour beaucoup d’entre nous. Et pourtant, c’est un faux débat qui nous permet d’éviter l’essentiel. Plus qu’un engagement réfléchi et assumé sur le monde en construction, c’est une réaction anti-système, anti-Macron qui n’est pas à la mesure de la guerre ouverte pour notre futur.

On défile entre la République et la Bastille pour défendre notre liberté, on casse des vitrines, les blacks blocs font tranquillement leur boulot, Florian Philippot répand sa haine as usual, l’extrême gauche se perd en invectives pour dénoncer le capitalisme, sinon le fascisme. Rien de méchant, on s’enferme dans la routine, le monde connu, tout en zappant dans une superbe ignorance la réalité qui s’annonce : nous sommes aux portes d’une société de surveillance généralisée dont le plus grand dictateur lui-même n’aurait jamais osé rêver !

 Mark Zuckerberg forme une équipe de 10 000 salariés pour s’atteler à la construction d’un univers made in Facebook. La crise de la Covid-19 (et les suivantes) et le confinement attestent que la vie réelle glisse vers un monde virtuel dans lequel on pourra travailler, sortir, retrouver des proches… sous condition d’une surveillance permanente ! L’affaire Pégasus révèle que le traçage de nos actions au quotidien n’est plus l’affaire des seules grandes institutions telles la NSA et la CIA, mais que désormais tout le monde peut surveiller tout le monde et pour pas cher. Que du bonheur pour les entreprises et les Etats ! Nous vivons, dormons, palpitons avec un appareil grand comme la main que nous chérissons viscéralement et qui transmet nos moindres clignements de paupières à des boîtes noires d’où s’énoncent régulièrement de nouvelles formes de gouvernance que personne n’est en mesure de contrôler ni même de comprendre. La réalité nous échappe. Peut-on mesurer l’ampleur des risques que cette nouvelle société numérisée nous réserve ?

Le pass sanitaire est l’arbre qui cache une forêt sombre et infinie. Nous ne répondrons pas à ces défis en nous focalisant sur monsieur Macron qui n’est qu’un pion dans l’affaire, ni en défilant en brandissant des pancartes comme dans l’ancien monde. Il est l’heure de changer de dimension, aller au-delà de ce que nous connaissons, d’entrer dans le XXIe siècle pour déconstruire une société qui arrive à un point de rupture, et pour laquelle notre responsabilité quant à son évolution est engagée.

Doit-on jeter nos smartphones dans des lieux inaccessibles pour couper court à toute forme d’emprise commerciale ou politique et réinventer dans une nouvelle radicalité notre vivre ensemble ? (Ce n’est pas une blague.) Quitter ensemble les réseaux sociaux et inventer une nouvelle façon de voir et vivre le monde qui sèmera la panique dans les cercles retreints qui détiennent notre futur. C’est au seul prix d’une rupture radicale dont nous ne voyons pas encore ne serait-ce que l’ombre, que que pourrons nous mesurer aux vrais acteurs de notre mise sous tutelle qui aujourd’hui se jouent de notre naïveté. Jeff Bezos s’envole dans l’espace (deux minutes) ; Richard Branson décolle jusqu’aux frontières de l’atmosphère ; Elon Musk veut envoyer ses vaisseaux SpaceX sur Mars ; Mark Zuckerberg surfe sur un wakeboard électrique tout en brandissant un drapeau américain. Ces milliardaires qui foudroient les Etats par leur puissance financière n’ont rien à craindre de nos réactions un peu primitives, ils le savent et on leur souhaite de bonnes vacances.

Scroll To Top