pixel
Now Reading
De Pairs en Fille(s), chapitre 1: les connaissances

De Pairs en Fille(s), chapitre 1: les connaissances

Alors que notre monde et nos sociétés font face à des enjeux exceptionnels et inédits, il me semblait nécessaire de prendre la plume pour t’accompagner, si tu l’acceptes, dans ton évolution. Et de faire mieux, comme disait Albert Camus « mon métier d’homme ».

Alors qu’une nouvelle page de ta vie s’ouvre à toi, c’est avec fierté, et nostalgie que j’en referme une. Celle de toi enfant, car tu deviens une femme maintenant. Bien que la petite fille que tu étais me manque terriblement, au plus profond de mon être, c’est avec tendresse et bienveillance que j’assiste à ton évolution. Et j’admire l’indépendance de ton esprit. Une indépendance rare, pour ta jeune expérience, qui j’en suis sûr, t’apportera détermination et satisfaction sur un chemin qui tu le verras, sera loin d’être toujours facile à arpenter. Mon rôle aujourd’hui est de t’éviter d’avoir le syndrome de la page blanche, mais pour cela je ne tiendrai pas le stylo pour que tu y écrives dessus. Je peux, en revanche, te conseiller pour le choix de l’encre. Je l’imagine déjà d’un bleu, profond, mais dynamique, ni trop sombre, ni trop clair. Car cette couleur te correspond, mais je t’en prie, surprends-moi. Je serai là pour te relire, inconditionnellement, et si tu le souhaites et me sollicites, pour reformuler certaines phrases.

Accepte la dualité de la vie, des hommes et des femmes, sans n’en voir que le clivage. Rien n’est noir, ou blanc. La richesse se situe dans la nuance. Parfois, lâche les armes, et ce, même au regard de tes connaissances, aussi précises soient-elles sur un sujet. Nous n’avons pas besoin d’avoir un avis sur tous les sujets. L’opinion s’avère parfois toxique pour la bonne constitution d’une âme et la tienne est lumineuse. Tu brandis, sans le savoir la signification de ton prénom avec une grâce céleste. Tu découvriras, sur ton parcours que plus tu connaîtras de choses et plus tu te sentiras ignorante. Alors si c’est le cas, j’ose m’avancer sur ce point et te conforter sur ta voie, vouloir connaître, c’est savoir se désapprendre. Les connaissances ne sont pas figées et chaque idée que tu auras, tendra à vivre indépendamment d’une autre. Laisse les cohabiter paisiblement en toi et n’en dénigre aucune

Toute vraie connaissance est impossible. Alors ne prends pas peur, sur la route du savoir, si ton amour-propre est mis à mal, car tu rencontreras des personnes, ou même fera face à des situations qui chambouleront tout en toi, parfois même à des profondeurs dont tu ne soupçonnais pas l’existence. Mais tu sauras en prendre parti, et saisir cette chance de faire connaissance avec toi-même. N’aies pas peur de te rencontrer chaque jour, aujourd’hui, en oubliant hier. Accorde-toi chaque jour, la rencontre avec toi-même.

Surprends-toi. La connaissance de soi est vaine, la vie n’est pas une quête. La vie est comme l’eau, et s’infiltre dans chaque brèche. Certaines brèches mènent parfois à un lieu déplaisant, mais la vie comme l’eau fonctionne en cycles. Alors aies confiance en la vie comme nous avons confiance en l’eau pour étancher notre soif. Abreuve ton âme de découvertes. Apprends à découvrir, découvre ton cœur et partage le avec ceux qui sauront le chérir. Apprends à pardonner, apprends à oublier. Apprends à ne rien savoir. La connaissance n’est que complaisance sans la sagesse. L’intelligence est relative. L’esprit est froid sans le cœur. L’œil est vide, sans la sensibilité du regard. Alors cultive ta sensibilité. Elle est unique, ne la méprise en aucun cas. Arrose la d’une eau pure et cristalline comme tu voudrais qu’une rose pousse sur une étendue de béton. Et quand parfois tu te sens seule, et que tu as perdu de vue cette rose, regarde la ville et réconforte-toi de sa présence en elle. Alors tu la retrouveras.

Une manière commode de faire la connaissance d’une ville est de chercher comment on y travaille, comment on y aime et comment on y meurt.

La vie est une ville. Découvre donc la nature qui s’y cachait autrefois, et ne sois pas si secrète pour dévoiler à ceux que tu aimes, l’endroit où la rose pousse. Apprends à te connaître mais ne mets jamais la connaissance sur un piédestal. La connaissance n’est rien sans la compassion, alors sois indulgente avec l’autre, mais surtout avec toi-même. Le sens profond d’une âme, et de la vie, ne jaillit pas de la connaissance, mais de la curiosité.

Alors si tu acceptes quelques connaissances de la vie, de la part d’un homme, j’en serais honoré. Je suis aujourd’hui comblé de joie à te savoir me lire, car les connaissances d’un père, c’est à toi que je les dois.

Scroll To Top