pixel
Now Reading
Droite, où es-tu ?

Droite, où es-tu ?

Paradoxalement, dans cette campagne électorale la plus extrême-droitière de l’histoire de la Vème République, la droite n’existe pratiquement pas. Perdue sur le terrain de Le Pen et Zemmour, la droite attend son sauveur en la personne d’Édouard Philippe qui n’a -pour l’instant- aucun intérêt à la dépêtrer du cloaque où elle s’est vautrée.

Mais au fait vous avez entendu parler de la droite dans cette campagne ? Non, pas des journalistes pour qui ne pas accepter le diagnostic raciste et paranoïaque de Zemmour serait « ne pas vouloir voir la réalité »

Je veux parler de la droite, la vraie, celle qui avait un parti et tout ça. Sait-on où elle est passée ?  L’état de délabrement intellectuel de ce camp est tel qu’un ancien conseiller com’ de Christine Boutin (dont les idées sont à peu près aussi progressistes que celles d’un inquisiteur du Moyen-âge), Charles Consigny a été obligé de rappeler que la droite ne se résume pas à « vomir sa haine contre les étrangers »

Vérification faite, il semblerait que le parti existe toujours, il s’appellerait Les Républicains, ex-UMP, ex-RPR, ex-UDF, ex… À propos, il est faux de dire que la droite change de nom à chaque fois qu’elle a trop de casseroles. Si c’était le cas, elle en aurait changé au moins tous les six mois depuis quarante ans. Autre info (j’ai cru avoir découvert un scoop, mais non) : la droite organise des Primaires, et non elles ne se déroulent pas à Fleury-Mérogis (ça c’est seulement pour leurs gagnants). Ceci dit, en fait de primaires, ça ressemble plutôt à des enchères, dont le commissaire-priseur donnerait le lot à qui trouvera la phrase la plus infecte.

À défaut de pouvoir les départager sur ce terrain, on peut donner un satisfecit à monsieur Éric Ciotti pour l’idée la plus débile avec sa proposition d’ouvrir un camp de concentration et de torture, « un Guantanamo à la française ». Dans le cas improbable où quelqu’un à Washington sache qui est Ciotti, elle doit bien rigoler. En 20 ans, Guantanamo s’est converti en la prison la plus chère au monde (la bagatelle de 6 milliards de dollars en 2018). Et une fois les personnes incarcérées, impossible de les juger ni d’en faire quoique ce soit. En effet, torturer les personnes comporte un petit inconvénient dans les États de droit, elles ne peuvent plus être jugées par la suite… Bref, Ciotti propose de dépenser l’équivalent de ce qui est alloué à la transition énergétique pour construire un camp qui ferait passer la Hongrie pour un paradis des droits humains.

Il faut tout de même remarquer que si l’un de ces tarés de la primaire LR parvient à ses fins, on aurait l’air malins avec nos belles lois racistes et une police pléthorique au milieu d’une catastrophe écologique sans précédent. Il faudra alors aller traquer de l’islamo-gauchiste par 50° C en plein hiver. Espérons que les bagnoles de flics soient bien équipées en aire-conditionnée (ha, non, pardon, ça c’était pour quand on pouvait flamber de l’énergie fossile à tout va… Désolé, les poulets, vous irez les chercher à dos de chameau nos islamo-gauchistes et les hordes d’Ewoks).

Bref, le plus surprenant dans cette campagne ultra-droitière est que la droite n’a rien à dire et n’existe pratiquement pas. Plus surprenant encore, elle a un non-candidat qui serait presque certainement élu s’il se présentait. Édouard Philippe a, pour l’instant, privilégié un accord avec Macron. On ne connaît pas le détail de cet arrangement, on peut cependant l’imaginer à grands traits : Philippe laisse le champ libre pour la réélection du petit marquis installé à l’Élysée, en échange de quoi il deviendrait un peu le maître de l’Assemblée (avec au moins une minorité de blocage) suite aux élections législatives de juin. Cela laisserait le temps à Philippe d’asseoir sa figure de leader de la droite pour les présidentielles suivantes. Rien ne dit cependant que le petit accord tienne jusqu’à avril. 

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top