pixel
Now Reading
Chronique d’Urnes – Les étrangers adorés des politiques

Chronique d’Urnes – Les étrangers adorés des politiques

Le quinquennat de Macron est marqué par une xénophobie d’État avec ratonnades, harcèlements, destructions de biens des plus démunis, etc. Autant d’actes qui placent la France en bonne position dans la course à l’infamie que se livrent la plupart des pays du Nord. La macronie profite cependant du racisme empuantissant la campagne présidentielle pour faire croire à son humanité. Pour cela, elle déploie un discours larmoyant, juchée sur les cadavres dont elle porte la responsabilité de la mort.

Les exilés, les migrants, les étrangers sont adorés des politiques. Source de pouvoir toujours convocable, manipulable à l’envie, en toute impunité. Il vous suffit de cracher dessus en les traitant de violeurs ou ce qui vous passe par la tête, « tous, tous, Christine», et vous vous assurez un petit buzz.

Plus malin, vous pouvez aussi annoncer des chiffres de déportation, en vous félicitant de faire mieux que les pays voisins dans l’abjection :

Concours européen à la déportation

Ou visiter des camps de concentration en soupirant d’admiration.

Puis, si le courant médiatique change un peu suite à une énième tragédie en haute mer, il vous suffit de vous faire compassionnel. Ainsi de ce ministre de la Justice (mis en examen) faisant mine de croire que son gouvernement n’a aucune responsabilité dans le saccage des rares possessions des migrants (leur tentes) ou dans l’empêchement de donner à manger. À manger.

Cynisme larmoyant

Ou, plus cynique encore, cette ministre rattachée à celui de l’Intérieur qui se dit « très touchée » par les parcours de migrants.

Le plus extraordinaire étant encore cette même Schiappa très heureuse de communiquer qu’elle est « une caution humanitaire »  

Une « caution » humanitaire pour le ministère

C’est effectivement le mot qui s’impose, « caution » d’un gouvernement qui a pu organiser une ratonnade en plein cœur de Paris et approfondir toutes les politiques qui ont plongé le pays dans l’indignité. Mais la bêtise incommensurable de la macronie n’est pas le sujet.

Nuit du 23 novembre 2020. Chasse aux étrangers dans Paris

Repositionnement gratuit

La macronie profite du déversement actuel de xénophobie, dont elle a elle-même ouvert grand les vannes, pour se repositionner tranquillement vers le centre. Grâce à la concurrence à l’extrême-droite (tout de même cinq candidats sans même parler de la primaire de LR), la macronie se construit une image modérée sur les cadavres des migrants.

Mais pourquoi ceux-là ou d’autres utilisent sans cesse les étrangers dans leurs discours ?  Tantôt sécuritaire, tantôt humanitaire, tantôt xénophobe, tantôt universaliste ; peu importe, les damnés la Terre servent toujours à quelque chose. Mobilisables et jetables. Les migrants sont une manne pour tous les discours politiciens, depuis les plus infâmes jusqu’aux plus larmoyants.

Les étrangers font le bonheur des démagogues de tout poil pour une raison simple : ils ne répondent jamais. Quand ils sont morts, c’est facile d’aller se pavaner sur leurs cadavres. Et quand ils sont vivants, ils  n’ont pratiquement jamais accès aux médias. En général, ils sont trop occupés à survivre. Dénoncer une instrumentalisation est hors de portée. Ce sont donc une chair à discourir en toute impunité.

Les éxilés ont cependant trouvé une voix qui porte en la personne du pape François. Il est grand temps que tous ces gens qui se disent chrétiens (ou humains, simplement) cessent de participer au « naufrage de civilisation » dénoncé par le pape.

Scroll To Top