pixel
Now Reading
Des Tweets et des Lettres #2 : Qui est SCH, cet inconnu du grand public ?

Des Tweets et des Lettres #2 : Qui est SCH, cet inconnu du grand public ?

Ah la belle semaine… Le retour de Vald, l’album de Gunna, Booba bientôt disque de diamant pour la première fois, « Dans la légende » proche du double diamant… Et l’émergence d’un nouvel artiste encore méconnu du grand public : SCH. Hein ? Quoi ? 

Hyper méconnu le mec… SCH – Photo : Dan Pier
Sérieux, on peut vraiment dire « qui est le mec qui a vendu plus de disques qu’Adele ? » sans se douter qu’on raconte n’importe quoi ?

En effet ! Vous ne le connaissez certainement pas encore mais Julien Schwarzer est le 4ème plus gros vendeur de disque de l’année en France (parmi les albums sortis sur l’année). Mais il est inconnu du grand public. Pourtant il a sorti le 4ème album le plus vendu dans le pays en 2021. Mais il est inconnu. Pourtant… Hein ? Quoi ?

Alors, qui est SCH ?

Woaw, on est en train d’expliquer qui est SCH en 2022 on est où là…

Faisons rapidement.

2015 : À l’époque (vraiment) inconnu du grand public, SCH concrétise un virage à 360° dans sa pratique musicale. Il transforme l’essai avec un classique du rap français, A7 (disque de diamant).

Ensuite, fast forward : son premier album « Anarchie » sera double platine, le deuxième « Deo Favente » atteindra aussi bientôt la barre des 200 000 ventes.

Puis en 2018 : « Jvlivs », l’aboutissement d’une carrière. Un album concept qui emprunte au cinéma (une tendance devenue depuis une habitude du mouvement, la preuve cette année encore) pour définitivement marquer l’histoire du rap en France. Avec cet opus, SCH s’installe comme une marque incontournable de la musique française.

Chacun de ses projets réalise un score minimum de 150 000 ventes. Ce sera le cas pour « Rooftop » en 2019 (160 000 ventes) et « Jvlivs II » l’année dernière (210 000 ventes). 

7 ans de carrière, près de 1 500 000 albums vendus. C’est l’équivalent de ce qu’a fait Julien Doré. En 15 ans lui.  Mais pour un rappeur, ça ne suffit pas. Pour Le Parisien et bien d’autres, le « grand public » n’est grand que par son âge.  

Ah oui je vous ai parlé de bande organisée ? « Oui ma gâtée » tout ça tout ça….

Bref. Comment certains médias généralistes peuvent-ils être aussi déconnectés de la réalité d’une si grande partie des auditeurs français ?

En vrai de vrai ? Y a absolument aucune bonne raison pour demander « qui est SCH ? » lorsqu’on est payé à écrire sur la musique française. Cela dit, cela a le mérite de poser la question de ce qui définit le grand public.

On dira de Clara Luciani, 11ème au classement des ventes de disques sortis en 2021, qu’elle touche le grand public. Mais pour être tout à fait honnête, on dira la même chose d’Orelsan et Jul, respectivement 1er et 8ème de ce classement.

Qu’est ce qui différencie Orelsan ou Jul d’SCH ? Pour Orelsan, le discours, les thèmes abordés (depuis ses deux derniers albums) et le profil social sont indéniablement plus proches de ce que les médias généralistes ont l’habitude de relayer. Pour Jul, entre autres facteurs, l’aspect festif de sa musique a contribué à le faire découvrir par un public différent du « public rap ».

C’est donc ça ? Le grand public c’est quand ta grand-mère connait un artiste ?

Oui c’est un compte parodique mamie…

Evidemment, les ventes d’un artiste ne sont pas le seul baromètre de sa popularité. Mais la relative jeunesse de la fanbase de certains rappeurs semble être un obstacle à leur reconnaissance en tant que tête d’affiche par une partie des médias généralistes.

Cela a pour effet vicieux de maintenir un état de fait non représentatif du potentiel de ces artistes. Si on ne les présente jamais à un autre public, la grille de lecture de cet « autre public » n’évoluera jamais.

Alors à la question « qui est SCH ? » J’espère que nous ne devrons pas répondre que c’est l’homme dont la légende a été écrite par son public, parce que les autres ont refusé de l’écrire. Mais si cela doit être fait, nous le ferons.

Scroll To Top