pixel
Now Reading
Vu du stud #1 – Deadi

Vu du stud #1 – Deadi

Originaire de Poissy (78), Deadi est un rappeur hors normes. À 37 ans, il a commencé sa carrière il y a à peine deux ans. Devenu viral grâce à des freestyles en bas de sa tour, il est ensuite passé en studio pour s’entraîner et proposer de réels morceaux à son public. C’est à cette occasion que nous l’interviewons, en studio après enregistrement de son EP commun avec le beatmaker Nizi, « Calcium ».

CALCIUM – Deadi x Nizi (cover par Julien Piris)

Hello Deadi, aujourd’hui on te retrouve en studio. Comment s’est passé l’enregistrement de ton EP ? 

Pour l’enregistrement de Calcium, j’étais vraiment très détendu. C’est un EP que l’on a fait dans la foulée du premier album, donc on était dans un bon esprit. C’était vraiment dans l’optique de profiter, c’est fait pour ça la musique ! (rires). C’était vraiment un kiff entre nous deux, on a voulu se faire plaisir. C’est un petit projet uniquement en digital donc on n’avait pas le stress du pressage etc.

TOUT VA – Pack collector (créa: Slob Design)

Calcium c’est ton deuxième projet « officiel », est-ce que la manière de le travailler a été différente de celle de Tout va

Pendant Tout Va, on était vraiment dans l’incertitude. Entre les confinements, le couvre-feu, on ne savait vraiment pas quand ni comment on allait pouvoir sortir l’album. Il n’y avait pas de concert, on pouvait faire la musique mais rien de ce qui est autour. Ça nous prenait pas mal la tête, mine de rien. J’avais beaucoup de stress.

Dans la forme, on est sur 6 titres, donc bien-sûr, le travail et la construction n’ont pas été les mêmes que sur 13 titres qui ont été mon acte de naissance et mon premier album. 

Quand tu es en studio, tu écris à l’avance ou sur place ?

Tout est toujours écrit à l’avance ! J’aime beaucoup peaufiner, je suis vraiment très attentif à ça. C’est plus simple pour moi de travailler chez moi, plutôt qu’au studio, où les autres t’attendent etc. L’écriture c’est vraiment mon domaine, je veux finir mes puzzles avant de les poser.
Le studio est vraiment fait pour s’occuper de la musique et rien d’autre. 

Photo : Julien Piris

Les beatmakers ont une place importante pour toi quand tu es en studio ? 

En studio pas forcément, c’est plutôt l’ingénieur son. Par contre en amont, c’est vraiment très important. J’ai toujours trouvé que les beatmakers étaient presque plus importants que les MC’s. Une instrumentale peut directement te faire kiffer et bouger la tête, un a capela n’aura jamais le même effet. La musique fait 60% du travail, pour moi le morceau est réussi lorsque mon texte a été validé par le beatmaker. Mon truc c’est l’écriture, je laisse les caisses claires à ceux qui les connaissent (rires).

Avec Nizi, vous vous connaissiez avant ou tu l’as directement rencontré dans une optique artistique ?

Nizi je ne le connaissais pas du tout. Il a placé des prods ? pour de nombreuses personnes ces dernières années (Guizmo, Bigflo et Oli, l’Entourage) mais je n’avais jamais entendu parler de lui. Il m’a écrit et m’a envoyé des prods pendant la production de l’album et cela m’a tout de suite parlé. Beaucoup de morceaux de Tout Va sont de Nizi.

Ensuite, en attendant la sortie de l’album, on a eu l’occasion de se voir, se poser en studio et qu’il me fasse écouter des choses. On a commencé à enregistrer des morceaux, sans savoir que cela allait donner un EP commun. Tout s’est fait au feeling car on s’entendait bien !

Guizmo – Pas du même monde feat. Bigflo & Oli (Clip Officiel)

À l’origine, tu as surtout été découvert pour tes freestyles, filmés et enregistrés par tes soins. Est-ce que la démarche d’enregistrer en studio était simple pour toi ?

De mon point de vue ça n’est pas totalement différent. J’écris aujourd’hui comme j’ai toujours écrit. Je tombe sur une prod qui me plait, je construis le puzzle qui colle avec.
Après, ce qui change, c’est de travailler en équipe. Maintenant, quand je fais des morceaux je pense au beatmaker qui va arranger la prod, à Loko qui va faire les mix etc.

Quand je fais un freestyle, ça n’engage que moi. Lorsqu’on parle de morceaux, c’est différent.

DEADI – FREESTYLE FDP (version longue)

Aujourd’hui, pour toi quel est ton meilleur souvenir de session studio ? Et le pire ?

Je n’ai que de meilleurs moments (rires). En studio, on fait de la musique et quand je fais de la musique, je ne peux pas passer de mauvais moments ! Je suis toujours avec des gens que j’ai envie de voir pour faire des choses que j’ai envie de faire !

Combien de temps par mois passes-tu en studio ? Tu fais plusieurs sessions ou tu préfères faire une « résidence » par exemple ?

Pour l’instant je n’ai jamais fait de résidence. En général, je prépare des morceaux chez moi. Une fois que j’en ai trois qui me semblent bien, je prends une séance de 4 heures pour poser les trois puzzles que j’ai en tête. 

Tu prépares déjà la suite ? Tu vas bientôt retourner en cabine ? 

Je ne prépare rien ! J’écris et fais des rimes tous les jours. Mais je ne sais pas si ce sont des morceaux qui vont sortir, ni comment. Mon seul projet est de faire de la musique et la jouer sur scène.

Deadi x Nizi – J’continuerai ft. San-Nom (Clip Officiel)

Scroll To Top