pixel
Now Reading
Plenel chez Ruquier, l’annonce de génocide est-elle divertissante ?

Plenel chez Ruquier, l’annonce de génocide est-elle divertissante ?

Une partie de l’émission d’infotainment (ou info-divertissement ou encore info-frivole) de Laurent Ruquier de la semaine dernière a fait beaucoup réagir. Edwy Plenel, porte-parole du journal en ligne Médiapart, y faisait face aux hôtes (Ruquier et Léa Salamé) et aux autres invités (Frédéric Beigbeder et Gérard Darmon).

Les réactions ont surtout porté sur l’intervention de ce dernier qui a signifié le dégoût que lui inspirait le journalisme quand il mène des enquêtes documentées. Cette focalisation sur le seul Darmon est très injuste, les autres interventions étaient largement aussi scandaleuses et significatives sur la conception de l’information et des débats publics d’une bonne part des élites culturelles du pays. Dont les gazouillis frivoles apportent une petite musique d’ambiance guillerette à la guerre que nous a déclaré l’extrême-droite.

Petit tour d’horizon de ces différentes nuances de saccage de l’information.

Darmon, le règne de l’opinion

« Ce que je vous reproche c’est de lancer des infos, de passer des coups de fil, de donner des choses en lousdé ». Darmon n’aime pas les méthodes de journalisme (dont le métier est de « lancer des infos », souvent vérifiéspar des « coups de fil »). Il précise sa pensée deux jours plus tard sur une autre chaine :

C’est le plateau de Pascal Praud sur CNews qui trouve grâce aux yeux de Darmon. La chaîne qui affiche fièrement « vous avez vos convictions, vous vous ferez une opinion », voilà où se trouve l’info selon l’acteur.

Les petites plaisanteries divertissantes de Ruquier

Moins remarqués, parce que constantes, les petites incises qui se veulent ironiques de Ruquier. À chaque fois que Plenel rappelle le rôle de son journal, Ruquier rit. Il finit par dévoiler sa blague : “À chaque fois que Médiapart sera cité on versera 10€ dans une caisse de bonnes œuvres”. Une manière de se moquer de l’habitude de Plenel de toujours faire la publicité de son journal. Il faut dire que Médiarpart se porte très bien financièrement. Or, tous les médias qui mènent des enquêtes et ne font pas faillite constituent un affront personnel à Ruquier. C’est son modèle économique qui parie sur l’abêtissement des téléspectateurs qui est ainsi remis en question.
Riche à millions, depuis plus de vingt ans, Ruquier siphonne l’argent public. Son talent se résume à trouver les chroniqueurs les plus infects qu’il rémunère plutôt bien. 1200 euros net la chronique, jugés trop peu par l’un d’eux

Ruquier-Salamé pour le droit fondamental aux plages d’Ibiza

Pas grand-chose ne passionnent les esprits blasés invités ce soir. Les droits humains, la corruption, la catastrophe écologique, la mainmise des oligarque sur la parole publique… tout ça, ce sont ce des “portes ouvertes” qu’il serait ridicule d’enfoncer. Mais les frivoles vont un peu plus loin, ils renversent l’accusation : c’est Médiapart qui fait dans l’info-frivole. La preuve : Blanquer à Ibiza.

Après une telle charge, on s’attend à ce que Salamé et Ruquier fassent leurs Une sur le lobbying des grandes entreprises françaises à Bruxelles visant à bloquer une directive un peu ambitieuse contre la pollution ; sur l’infiltration de Thales dans les instances de l’ONU ; le rôle de la France dans les assassinats indiscriminés menés par l’Égypte, etc.

On imagine déjà Léa Salamé, que la frivolité fait horreur, interviewer Carlos Ghosn. Elle l’interrogerait sur sa gestion de Renault et les implications de son management sur les corps de ses employés. Souvenir : « Votre évasion fascine absolument le monde entier. Pour les enfants, vous êtes l’homme qui a voyagé dans la malle »… C’est pas de la frivolité, c’est de la pédagogie : les enfants doivent être fasciné par un escroc qui fêtait son anniversaire à Versailles. Aux frais de l’entreprise et en habits d’époque. Il ne manquait que la guillotine, à laquelle peut-être des enfants d’ouvriers rêvent parfois.

2014 à Versailles, le divertissement se porte bien

Un génocide à venir ? Un point Godwin

La séquence la plus lunaire revient cependant à Frédéric Beigbeder. Afin de bien souligner la gravité de la situation, Plenel cite Serge Klarsfeld, autorité morale pour avoir chassé toute sa vie d’anciens nazis. « Ce que dit Zemmour sur les musulmans est ce que disait Hitler sur les juifs. Et si on laisse continuer à laisser dire ça, ça finira pareil: dans les chambres à gaz ». Remarque de Beigbeder : “là on vient d’assister à un point Godwin en direct”. Autrement dit, “Dont Look Up”.

La thèse de “Grand Remplacement”, venue du fin fond de l’extrême-droite, est devenue banale. Celle-ci postule la disparition à brève échéance de la civilisation européenne. La réponse est donc une guerre. Zemmour l’a d’ailleurs déclaré à de nombreuses reprises, notamment devant le syndicat policier Alliance. « Il y a deux civilisations sur notre sol. Et elles ne peuvent pas coexister pacifiquement. » Reconquête est le nom de cette guerre qui ne peut, logiquement, qu’aboutir à un génocide.

Voilà où nous en sommes. Et c’est cette situation qui est, pour les Ruquier et ses amis, l’objet de divertissement. Alors soyons très clairs : quand bien même il y aurait 75% de l’électorat gagné par le délire paranoïaque de la peur de changer de couleur de peau, nous ne nous laisserons pas faire.

View Comment (1)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top