pixel
Now Reading
Recréer les imaginaires autour de la banlieue, le pari réussi de Makan Fofana

Recréer les imaginaires autour de la banlieue, le pari réussi de Makan Fofana

Dans un essai coloré situé entre les punchlines de Booba, les enseignements de Nietzsche et l’univers foisonnant d’Harry Potter, Makan Fofana redéfinit les imaginaires autour de la banlieue et élargit ses perspectives d’avenir, trop souvent réduites à son engloutissement par les grandes métropoles.

“Afin de se déployer sur d’autres dimensions, la banlieue, non pas seulement comme lieu d’habitation, mais comme culture, mode de vie, expérience, architecture, récit, doit passer au travers d’une machine à rétablir la pesan­teur cosmique : l’imagination créatrice.” Ainsi commence l’ouvrage de Makan Fofana. Difficile de ne pas être impressionné par la prose de l’auteur aux multiples casquettes passé par l’apprentissage de l’islam en Mauritanie et le mannequinat avant de s’installer à la Gaité Lyrique et de créer le laboratoire Hypercube, qui explore le Turfu par la science fiction et la culture pop.

Dans un essai hybride à paraître le 18 février prochain aux éditions Tana, Fofana s’érige de son poste d’observateur, dans son appartement au 11ème étage pour témoigner avec une rudesse onirique de la vie dans les quartiers, de son passage à l’âge adulte. Ces récits sont entrecroisés d’Histoire(s), des grands ensembles, de leurs représentations médiatiques et finalement de la création de “l’imaginaire de la banlieue” : “Habiter en banlieue, c’est être un adulte trop adulte, au sein d’un monde homérique dans lequel se perdre.” Dès lors, quelles solutions pour des villes constamment caricaturées, trahies et rangées dans des cases ? “Les banlieues ne sont pas des espaces homogènes. Il y a une différence entre une cité, un quartier, une ban­lieue, mais évitons ces catégories stériles.”

Entre le récit autobiographique, la thèse archéologique, le récit de voyage et la réflexion psychanalytique, la Banlieue du turfu est blindé de références littéraires, musicales et cinématographiques qui créent une galaxie de possibles pour réimaginer ces territoires bien en-dehors des images des journaux télévisés. Comme le dit si bien Fofana, “nous sommes tous à la marge de quelque chose et rarement le centre de tout. Tout comme la Terre est une banlieue de la Voie lactée.”

La banlieue du turfu de Makan Fofana, en librairie dès le 18 février aux éditions Tana.

Scroll To Top