pixel
Now Reading
Le Passinho, une danse née dans les favelas brésiliennes.

Le Passinho, une danse née dans les favelas brésiliennes.

La danse Passinho est une danse née dans les favelas du Brésil, plus précisément dans les favelas de Rio de Janeiro au début des années 2000.

Selon certains danseurs, cette danse a débuté avec des pas simples lors des soirées Funk, puis en s’inspirant des uns et des autres ou/et en s’affrontant lors de ces mêmes soirées Funk (Funk Carioca ou Baile Funk, rien à voir avec la Funk américaine). Ces rencontres dans ces lieux de pratique ont permis la création d’autres pas qui ont été rajoutés à l’intérieur de cette danse, ce qui leur a permis de créer leur propre culture.

Mis à part les soirées Funk, en 2001, l’écrivain Julio Ludemir et le musicien Rafael Mike Soares ont organisé le premier battle de passinho « Batalha do Passinho », au SESC Tijuca. Ces battles de danse ont encore plus légitimé le passinho en tant que style de danse.

Ces événements ont donc inspiré le cinéaste Emilio Domingos à réaliser le documentaire « A Batalha do Passinho », en 2012, où il décrit la vie de danseurs pionniers du passinho, tels que Cebolinha, Gambà et bien d’autres. Gambà, considéré comme le « Rei do Passinho », fut assassiné en 2012 et n’a pas pu donc voir la sortie du film ni son impact.

Grâce au réseau social YouTube, certains danseurs de passinho, comme Cebolinha ou Beiçola, sont devenus très célèbres en faisant des milliers voire des millions de vues vers 2008 (ce qui correspond au début de la promotion du passinho sur internet). Cette vitrine leur a permis d’être connu dans leur ville voire au-delà, et ainsi inspirer les jeunes des favelas qui tentaient d’imiter leurs mouvements par admiration ou pour les surpasser.

Au fil du temps, le passinho est donc passé d’un amusement à quelque chose de sérieux. Un rêve de pouvoir devenir un vrai danseur.

« Internet fut quelque chose de fondamental, car les jeunes n’avaient aucun moyen de quitter leur environnement, pour montrer leur travail où que ce soit. », Leandra Perfects, organisatrice d’événements de passinho.

La communauté en ligne fut donc au centre de tout. Parmi les forums les plus populaires il y avait « Comunidade Passinho Foda », sur l’ancien réseau social « Orkut », qui fut essentiel pour informer les gens sur les événements autour du passinho et sur les nouveaux danseurs qui font leur apparition.

Selon Leandra Perfects, même les gens qui ne dansaient pas le passinho étaient sur le forum tellement le site était une référence. Aujourd’hui, ce forum n’existe plus mais un autre site beaucoup plus moderne a vu le jour afin de se renseigner sur la danse passinho : http://depassinhoempassinho.com.br/#apresentacao .

La danse passinho a bien su évoluer avec le temps. Aux prémices, cette danse était surtout basée sur les pieds / jeux de jambes, mais aujourd’hui tous les styles de danse y sont mélangés : breakdance, frevo, jeux de jambes, samba…

Dans les favelas, un face à face s’appelle un duel, on y annonce le lieu, la date et l’heure mais en soirée funk, des duels peuvent s’improviser à tout moment si un danseur désire en défier un autre.

Avoir le statut de danseur dans les favelas, savoir attirer l’attention, semble donner une affirmation de leur valeur en tant qu’individu, un certain pouvoir. On pense que le passinho aide à atténuer la tension entre les différentes favelas. L’équilibre du pouvoir semble donc se partager entre les dealeurs et les danseurs.

Cette danse a donc pu donner la chance aux danseurs des favelas et l’opportunité de voyager dans le monde pour montrer leur danse, l’exporter, le promouvoir au-delà du Brésil et ainsi transmettre l’héritage du passinho.

Scroll To Top