pixel
Now Reading
Stenograffia, transformer la ville en objet d’art

Stenograffia, transformer la ville en objet d’art

Stenograffia est un festival international et l’un des plus grands festivals d’art de rue de Russie où artistes et bénévoles transforment des bâtiments ordinaires en objets d’art.

Pourquoi avoir choisi ce nom ?

Lorsque nous avons décidé d’organiser le festival pour la première fois, nous avons dû inventer le nom en peu de temps.  Stenografia ( avec une lettre F) est une façon rapide d’écrire. Il y a donc un jeu de mots – graffiti, wall ( rus. – stena), stenografia. De nos jours, beaucoup de gens associent la « sténografie » au graffiti et au street art.

Pourquoi vouloir transformer l’architecture en objet d’art ?

Cela provoque des émotions chez les gens ! Cela rend la ville plus intéressante, c’est une partie de l’identité de la ville !

Quelle est la programmation ? (Il y a de la musique, de la peinture sur les murs, de la nourriture, des sports, des expositions ?)

Le festival a des dates phares – comme en général, le premier week-end de juillet. C’est à cette période qu’il y a le plus d’activités :

La cérémonie d’ouverture 

Conférence de presse

Peinture sur les murs

Excursions vers les œuvres du festival

Cours de maître avec les enfants

Projet social spécial « La ville se dessine » (les citoyens participent à la création des œuvres). 

Projet social spécial The View From The Window (Transformation des murs gris que les gens regardent constamment de leur fenêtre) en objets lumineux. 

Débats publics

La création de notre propre espace pendant les événements des villes (la journée d’Omsk, la journée de Tomsk, la journée de Khanty-Mansiysk).

Nous avons l’exposition numérique de nos travaux à Saint-Pétersbourg cette année. Nous avons un anniversaire en 2019.

Réunions et activités informelles

Fête pour nos volontaires comme la cérémonie de clôture.

Après le festival à Ekaterinbourg, une équipe d’organisateurs, de bénévoles et d’artistes commence une grande aventure dans les villes russes. Des artistes de différents pays nous aident à réaliser des projets.

Depuis quand existe-t-il ?

La première fois que le festival STENOGRAFFIA a eu lieu, c’était en 2010 dans la ville de Yekaterinburg. En 2015, 7 villes de Russie ont participé au festival, et en 2019 leur nombre est passé à 13. Le festival a fêté son dixième anniversaire. Toutes les villes du festival à ce jour sont : Omsk, Tomsk, Ekaterinbourg, Orenbourg, Kargasok, Parabel, Khanty-Mansiysk, Hoyabrsk, Muravlenko, Tazovskiy, Novyy Port, Mys kamennyy, Saint-Pétersbourg.

Ekaterinbourg est la quatrième ville la plus densément peuplée de Russie et la principale ville culturelle et industrielle de la Sibérie, est-ce plus facile d’y concevoir des projets ?

Je tiens à corriger certaines informations : Ekaterinbourg est située dans l’Oural. La Sibérie est située un peu plus loin. Je suppose qu’il importe peu de savoir où créer et développer des projets culturels, mais il est très important de savoir qui le fait. L’art de rue existe à Ekaterinbourg depuis longtemps. Par exemple, l’artiste B.U. Kaschkin a créé ses œuvres naïves sur des garages déjà dans les années 80. Les graffitis sont apparus dans notre ville en 1996. Après cela, il y a eu le festival The Long Stories of Ekaterinburg e.t.c. Nous avons toujours eu un lien avec l’art de rue et notre équipe a commencé à organiser le festival de manière systématique et à travailler avec la communauté locale.

Comment ces partenariats sont-ils établis ?

En 2015, nous avons commencé à coopérer avec le fonds Rodnye Goroga de la compagnie Gazprom Neft. Dans chaque ville du festival, différentes personnes nous ont aidé à créer des œuvres et à organiser des événements. Ils veulent simplement améliorer leur ville, leur quartier ou leur cour et nous pouvons leur dire comment le faire. 

Savez-vous à quoi ressemblent les villes du nord ? Ce sont de très petites villes où il fait froid 9 mois par an. Lorsque nous créons au moins un point lumineux, par exemple sur la façade d’une maison, c’est un événement important pour les habitants. Cela devient un point d’attraction pour les gens, c’est presque le seul endroit « chaud » de la ville. Lorsque nous avons commencé à recevoir des retours, des remerciements de la part des habitants des villes, nous avons réalisé que nous avions choisi la bonne direction et que nous ne pouvions pas nous arrêter.

Beaucoup de ces villes se trouvent en Sibérie ; est-il plus facile d’établir des contacts dans la même région ?

Nous organisons principalement un festival dans les villes du nord de la Russie. La communication avec l’administration est différente dans chaque ville. dans certaines endroits, l’administration nous aide beaucoup et participe au processus de recherche et de coordination des objets, et dans d’autres non… Par exemple, il nous a fallu environ 4 ans à Ekaterinbourg pour que l’art de rue devienne courant. Vous pouvez maintenant dessiner dans le centre-ville et personne n’appellera la police (sauf s’il s’agit d’une sorte de déchet).

Quelle est l’intention du festival ?

Notre objectif est de créer une relation entre la ville et les gens et de changer la perception de l’art de rue par la société.

Pourquoi voulez-vous changer la perception des habitants sur l’art de rue ?

Nous voulons rendre le monde un peu meilleur et l’art de rue nous y aide. Grâce à l’art de rue, les habitants de la ville se forgent une attitude envers la ville. Ils commencent à créer leurs projets. Ce mouvement au sein de la ville donne de la vie.

Combien de jours dure le festival ?

Le festival se déroule toute l’année, mais généralement la phase active du festival commence en mai et se termine en octobre. Cette année, le festival s’achèvera en décembre lors de la fête pour les bénévoles.

Quel genre d’artistes viennent ?

Depuis toujours STENOGRAFFIA est soutenu par des artistes de 15 paysaux styles différents. Les plus célèbres d’entre eux sont : Sam3, Herakut, Fanakapan, Ampparito, Interesni kazky, Peeta, Pokras Lampas, Smash137, Case, Wow123, Spektr, Zukclub etc.

Y a-t-il plus de gens qui viennent à Ekaterinbourg pour admirer les peintures murales ?

Je ne sais pas combien de personnes viennent spécifiquement pour voir l’art de rue, mais cela arrive parfois. Je pense que les gens qui vont venir à Ekaterinbourg… voient que l’art de rue est l’une des caractéristiques de la ville et veulent le connaître. Nous organisons donc des excursions de street art.

Comment choisissez-vous les artistes ?

Pendant l’année, les artistes nous envoient leur portfolio et environ… un mois avant le festival, l’équipe sélectionne les candidatures les plus intéressantes. Nous n’avons pas de restrictions sur l’expérience, le style, le sexe ou l’âge. Chaque fois, nous essayons de trouver « un nouveau look ». 

Comment le public le reçoit-il ?

Nos réseaux sociaux nous le permettent comme instagram ou facebook. Des communiqués de presse sont aussi envoyés aux médias mondiaux et régionaux et organisons différents événements. Depuis, 2014, nous sommes d’ailleurs partenaires de Google Arts & Culture https://artsandculture.google.com/preview/partner/stenograffia. Aussi, les gens obtiennent des nouvelles du festival par le bouche à oreille.

Et comment s’est déroulé ce partenariat ?

Nous avons vu des informations sur le lancement de ce projet et avons soumis une candidature. Nous sommes l’un des premiers de Russie à apparaître sur ce site. Je pense que l’équipe de Google Arts & Culture ne pouvait pas nous refuser.

Les autorités sont satisfaites de ce genre d’événement ?

Bien sûr ! Outre le fait que nous travaillons avec l’environnement et améliorons les espaces, nous créons une communauté de jeunes actifs qui réalisent divers projets sympas avec nous. La plupart d’entre eux n’ont aucun lien avec l’art. Plus il y a de gens comme ça, plus les villes deviennent vivantes et intéressantes. 

Par exemple, les personnes qui ont organisé des projets spéciaux avec nous ont ouvert leur galerie d’art de rue. D’autres personnes du centre de presse ont lancé leur média et parlent de la ville aux habitants. Quelqu’un a lancé le canal télégramme sur l’art de la rue et organise des discussions publiques.

Éditez-vous des livres, des vidéos de ces peintures murales ?

Oui, nous avons notre chaîne youtube. Sur cette chaîne, les gens peuvent voir les vidéos de nos aventures à Ekaterinbourg et dans d’autres villes de 2011 à aujourd’hui. Nous montrons nos travaux, nos projets spéciaux et notre vie. 

Avez-vous des anecdotes à raconter ?

En 2010 nous avons décidé d’organiser STENOGRAFFIA. C’était notre première avec très peu d’expérience. Cette année nous avons appris ce que signifie « désir sauvage de création ». 

Nous avons annoncé le début du concours d’esquisses pour les artistes, beaucoup de travaux nous sont parvenus. Ensuite nous avons fait la longue liste d’artistes, l’avons publiée dans notre groupe comme première étape, car la sélection se fait en plusieurs étapes. 

La liste des artistes n’était pas une invitation au festival. Et nous avons commencé à faire la liste restreinte, puis la liste finale et l’avons publiée dans notre groupe. Quand tout a été fait, nous avons commencé à attendre les artistes. Mais… quelque chose a mal tourné.

Les artistes pensaient que leur nom dans une liste signifiait une invitation au festival. Au lieu de 80 personnes, environ 200 artistes sont sortis des trains et des avions. Tout le monde s’est précipité vers le festival.

Nous avons été submergés par des vagues d’artistes mais nous avons réussi à sortir à la nage. Tout le monde a été nourri. Tout l’argent des billets a été remboursé. Une petite mais solide équipe de bénévoles a aidé à trouver des logements pour les artistes. Les bénévoles ont tout fait pour que chacun des artistes reçoive sa propre peinture et un morceau du mur.

Avez-vous un mot pour la fin ?

Yoo-Hoo ! Venez à Ekaterinbourg pour notre fête de l’art de rue !

Scroll To Top