pixel
Now Reading
Lacraps débarque à la rédac’ : le cas Zemmour

Lacraps débarque à la rédac’ : le cas Zemmour

Comme annoncé, irrégulièrement, Lacraps débarque à la rédac. Un petit tour histoire de nous faire part de sa préoccupation du moment, du sujet qui l’intéresse. Pour ce mois de janvier et en cette période électorale, c’est sur le cas Zemmour qu’il se penche.

Pour cette carte blanche, Lacraps a choisi de nous expliquer un peu pourquoi il a “plus peur de Zemmour que de toute la famille Le Pen”. En tout cas, c’est ce qu’il dit dans son dernier freestyle sorti ce 8 janvier inspiré des mots donnés sur Instagram par son public : Réel #2. Retour sur Zemmour en politique pour cet épisode exclusif de Lacraps qui débarque à la rédac’.

Alors d’où nous vient cette peur Ali, dis nous tout ! Le tout en assurant une partie sur fortnite avec l’Amiral bien sûr! 

Un débatteur hors pair 

Franchement le gars, ça fait longtemps qu’il me questionne mais surtout qu’il m’inquiète. Non seulement, il est très intelligent, mais surtout ce qui se voit c’est qu’il est en mission. Tu sens à ses yeux, ses attitudes qu’il va pas lâcher et qu’il se sent investi d’un message. Il est tellement convaincu de ce qu’il dit qu’il incarne son discours et ça fascine les gens.

Par exemple, son délire de grand remplacement tout ça qu’il reprend à Camus (Renaud, pas Albert), il y croit tellement, il est tellement à fond dedans que les gens peuvent y croire. Chaque fois qu’il développe une idée, tu as l’impression qu’il y joue sa vie. Il peut dire tout et n’importe quoi, ça passe, et les gens le croient. L’autre fois, il a même dit être féministe et c’est passé, c’est dire…

Là où le gars m’inquiète, c’est qu’il peut dire et faire n’importe quoi juste pour obtenir le fauteuil de président. Une fois dessus, le gars, il peut continuer de retourner sa veste autant qu’il voudra, c’est le drame. Il n’y aucune cohérence dans son discours. Selon ses interlocuteurs, ses débatteurs, ses adversaires, son discours change et le pire c’est que personne ne semble véritablement le relever ou le contrer. 

C’est là où il est très fort, en débat notamment. J’ai regardé les 3h30 avec Hanouna (oui je sais, je suis maso), mais tu vois, ça fait flipper sa mère. C’est un vrai fin stratège en termes de communication. Il ne prend jamais de notes, il sait glisser la bonne petite phrase au bon moment et au bon endroit. Tout est finement calculé. 

Tu vois par exemple, quand il glisse à son pote Nauleau qu’il veut légaliser le cannabis pour surfer sur une certaine frange de l’électorat de gauche. Rien n’est laissé au hasard avec ce type et c’est ce qui est le plus flippant. Au moins, Jean-Marie, il faisait tellement de sorties de route que ça le rendait moins dangereux. Sa fille, avec leurs histoires pareil, mais là…

Un discours en rupture 

Bref, quand tu écoutes le gars de près, ça fout les boules pour cette Marianne qu’il dit défendre. Aucune cohérence, que du populisme et de la démagogie (au sens de dire ce que l’autre veut entendre et non dans le sens de prendre le peuple pour guide), c’est hyper dangereux.

Quand j’étais petit, je pensais qu’en France, ce genre de choses n’arriveraient jamais. Je me disais c’était un truc qui ne pouvait pas nous arriver, que ça n’arrivait qu’aux autres pays, qu’on était protégé. Mais la politique c’est comme le Loto, ça n’arrive pas qu’aux autres on dirait. 

Moi qui vis à l’étranger, je sens bien le changement d’air. Limite je le vois, le vent qui tourne. Avant, l’image de la France à l’étranger, c’était une sorte d’eldorado d’esprit critique, d’ouverture, de solidarité. Maintenant, il y a juste de quoi s’estimer heureux d’avoir encore la CMU ou même la sécurité sociale, mais les valeurs d’ouverture et d’accueil ont totalement disparues des discours et des politiques publiques.

Je ressens encore plus, du fait d’être loin, la manière dont les choses deviennent asphyxiantes en France. Ce qui est presque pathétique, c’est que le discours de Zemmour a plus infusé que 30 ans de discours de la famille Le Pen, alors même que les étrangers veulent de moins en moins venir en France, ou tout du moins y rester.

C’est l’Angleterre que beaucoup visent ou l’Espagne, mais plus la France. Mais le discours victimaire et d’envahissement du guignol fonctionne. Il y a un truc qui déconne non là dessous? En plus le mec est lui-même le fruit de l’immigration, bref, c’est vraiment du grand n’importe quoi cette campagne. 

Un boulevard qui s’ouvre faute de contradicteur

Personnellement, je ne connais personne dans mon cercle qui soit pro-Zemmour, mais bon ils doivent bien être quelque part. S’ils sont si nombreux, c’est bien que même autour de nous il peut y en avoir. Il y a toujours eu des renois et des arabes pour aller au meeting du FN. 

Ce qui m’inquiète c’est surtout de voir qu’en face, y a pas grand chose pour contrer le bonhomme. Les gens vont voter quoi Macron? Peut être que je suis un peu trop défaitiste ou nihiliste, mais je ne suis pas vraiment convaincu par les autres genre Mélenchon ou même Taubira. 

A mon avis, le deuxième tour se jouera entre Macron ou Marine et Zemmour. Je ne crois absolument pas à ce que disent les sondages, jusqu’à présent, ils se sont toujours trompés.

De là où je suis les seuls qui sortent du lot c’est Mélenchon, Zemmour, Macron. Mais Mélenchon tient même pas dix secondes, il va exploser en vol, alors que Zemmour gère bien mieux niveau média training.

Il a fait de la télé toute sa vie, il écrit des livres, passe dans les médias depuis toujours alors que Mélenchon c’est un apparatchik du système et en plus il n’est clair sur rien du tout. Il y a l’ancienne et la nouvelle école. Celle qui cherche à faire parler d’elle coûte que coûte pour exister médiatiquement et l’autre qui sait utiliser et surfer sur la nouvelle cartographie médiatique et ses enjeux économico-politiques.

Un aveuglement général

Je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’avec des idées aussi choquantes et dangereuses, tout le monde devrait s’insurger, mais non presque rien, beaucoup trouvent ça normal. A croire qu’il mise sur le pire de chacun de nous, nos peurs, nos angoisses, notre repli, la haine et c’est malsain. 

Ou peut être que c’est l’époque qui veut ça : chacun cherche son ennemi à combattre pour se sentir exister ? Peut être… Je préférais quand même les élans de solidarité aux dénonciations, l’envie d’être avec l’autre que le repli identitaire, mais bon, je crains que le monde fonctionne désormais ainsi. 

Tu vois, je suis parti en me disant que j’en avais marre de tout ça et finalement, j’arrive pas bien à décrocher et à ne pas m’y intéresser. Le gars a fait des gars comme moi les ennemis publiques numéro 1 (musulman, immigré, islamogauchiste, tout ça), je peux pas faire comme si ça ne me faisait vraiment rien. Tu connais…

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top