pixel
Now Reading
Thony Maskot : précurseur de la formation en danse hip-hop professionnelle

Thony Maskot : précurseur de la formation en danse hip-hop professionnelle

Compliqué d’écrire qu’un article sur l’homme que l’on nomme Thony Maskot. Ancien Black Panthers, danseur, chorégraphe, directeur artistique… Le personnage est hors norme et c’est un livre qu’il faudrait lui dédier

Né en Côte d’Ivoire, Thony Maskot arrive en France en 1977. ll fut membre de la branche française des Black Panthers qui le surnommeront « Maskot » et à cette époque il dansait le Rock’N’Roll. C’était avant l’arrivée du hip-hop en France, en 1982.

Celui qui lui a vraiment mis le pied à l’étrier de la danse hip-hop est  Junior Almeida, qui était pour beaucoup considéré comme le meilleur smurfeur de Paris dans les années 80.

Thony Maskot est rapidement tombé amoureux du Hip-Hop a été le créateur en 1988 des Ladies Night, qui fut le premier groupe de danse hip-hop féminin en France. Elles avaient pour particularité de pratiquer plusieurs disciplines : le double dutch, la danse hip-hop (la hype), la danse africaine mais aussi le rap.

Ce groupe 100% féminin a pu se produire dans de nombreux concerts, faire des premières parties d’artistes américains, notamment la première partie de Big Daddy Kane en 1989 à l’Elysée Montmartre. Un évènement qui a été pour beaucoup de danseurs leur première rencontre avec la danse Hype (cf. l’article https://hiya.fr/2020/12/02/les-debuts-de-la-hype-a-paris/ ) .

Son travail avec les Ladies Night lui a permis d’être mis en lumière et de commencer à chorégraphier. En 1995, il danse au sein du groupe Sobedo mis en place par le TCD qui a réuni les meilleurs danseurs de chaque compagnie hip-hop de l’époque afin de réaliser le spectacle « Un conte hip-hop » pour une tournée nationale.

La même année, il créa le groupe 1 Point C Tout avec des amis mais aussi avec des danseurs qu’il avait lui-même formés, ce qui lui a donné goût de la formation.

Lors de la première édition des « Rencontres des cultures urbaines » à la Villette en 1996, 1 Point C Tout sera invité à présenter leur spectacle « Planète hip-hop » qui obtiendra un immense succès auprès du public.

Suite à ce spectacle, il créa la compagnie Sanrancune composée des élèves qu’il a formé à « Smoking et Brillantine », dans le 13eme arrondissement de Paris, où il donnait des cours de danse hip-hop.

En 1999, la chaîne de télévision Arte diffusa un documentaire qui lui était consacré : « Tant qu’il y aura de la danse avec Thony Maskot » de Bruno Marouani. Il enchaînera avec son premier solo « La Vie » qu’il présenta aux « Rencontres des cultures urbaines » à la Villette, une commande de la Fondation de France et et la Villette.

Et enfin, toujours la même année, il accomplira son plus gros projet ; ouvrir sa formation professionnelle de danse hip-hop au Studio l’Envol, dans le 11eme arrondissement de Paris. Une école parrainée  par l’ancien chorégraphe de Michael Jackson : Poppin Taco. Ce fut d’abord très dur pour Thony de relever ce défi tout en gérant sa propre structure et en donnant des cours, même si certains de ses amis venaient l’aider de temps à autre.

En 2005, on lui proposa d’installer sa formation professionnelle de danse hip-hop à l’école de danse KIM KAN. Cette structure a donc permis à Thony Maskot de faire appel à ses amis de longue date de créer sa propre formation professionnelle. Cette école existe maintenant depuis 21 ans

Thony Maskot a donc ouvert les portes de la formation à la danse hip-hop. Aujourd’hui, d’autres écoles de danse ont également créé leur propre formation professionnelle. Nous pouvons compter, seulement en Île-de-France, pas moins de 5 écoles de danse qui proposent une formation de danse professionnelle. Jamais les formations n’ont été aussi nombreuses en France voire dans le monde.

Scroll To Top