pixel
Now Reading
So La Lune, fissure sur la planète rap

So La Lune, fissure sur la planète rap

Un jeune rappeur lyonnais vient conquérir la planète rap avec une signature vocale bien particulière.

Si il a commencé précocement, à l’âge de 10 ans, le jeune artiste de 24 ans compte imprimer son univers et ses fissures sur la planète rap. Dans cette optique depuis 2020 So La Lune n’a pas chômé. Il a déjà 5 projets à son actif, Tsuki (24/07/20), Théia (26/03/21), Satellite Naturel (07/05/21), Orbite (11/06/21), Apollo 11 (16/07/21).

Une des choses les plus frappantes chez So La Lune, c’est cette voix, une voix à la fois aiguë mais rocailleuse où l’on sent également les fissures qui lui donnent cette couleur si particulière en tant que rappeur. Mais cette voix confère aussi une couleur et un texture particulière à ses morceaux. Il en parle volontiers lui-même sur Fissure de vie 23 « Fissures de vie dans la voix ». Quand on lui demande comment il gère cet organe unique, il répond simplement « J’ai pas vraiment l’impression de la gérer », ce timbre est naturel et sans altérations.

Même si le jeune rappeur ne définit pas son style de rap, il commence quand même à poser les bases et dessiner les contours d’un univers qu’il caractérise comme étant sombre, on pourrait ajouter sombre avec des touches de mélancolies, qui parfois regarde le monde plus précisément la France avec un regard désabusé « Liberté égalité c’est géniale mais c’est pas vrai » dit-il dans Au Bélier. Dans cet univers il y a aussi ce rapport à la Lune qui est si important. Jusqu’à présent tous les noms de ses projets ont un rapport avec le satellite terrestre. En effet l’astre fait parti de la narration de l’artiste, ayant vécu 4 ans aux Comores qui sont aussi appelé les Îles de la Lune. L’univers de So La Lune est aussi un univers de noctambule qui est éclairé par les rayons de cet astre essentiel à la vie sur Terre.

En se penchant sur ses morceaux, des récurrents thèmes se dégagent. Il rappe notamment sa consommation de teshi comme une échappatoire « Le shit m’emmène loin, chaque soir j’déménage » ou « Mais moi j’ai toujours un J, là j’en ai effrité quatre à la fois » ou encore « J’vais rouler mon p’tit devant la lune ». L’argent a aussi une place particulière dans la narration du jeune rappeur, quand on lui demande « Qu’est c’tu veux faire quand tu s’ras grand ? » il répond « Compter des liasses, des liasses, des liasses », ou « Ça parle pas love mais de pierres et de briques », ou encore « Dans mes sons j’parle que d’argent » voilà qui est dit. Il distille un conflit certain et une méfiance de l’autorité qui se matérialise à travers la figure de la Juge et de l’Agent ou les Bleus « Et moi j’ai jamais parlé aux bleus. Et moi j’ai jamais parlé à la juge. Toi p’tite salope t’as parlé aux deux ». La Juge et L’Agent sont 2 personnages redondants de son arc narrative. La Rue fait également partie de ses récits « Dans nos rues c’est crade et violent » ou « Mais la rue nous a laissé trop d’séquelles », ici aucune glorification mais plutôt un regard désenchanté. On pourrait dire que ces thèmes sont aujourd’hui redondants dans le rap francophone mais c’est sans oublier que So La Lune y ramène sa sensibilité supportée par cette voix si unique, ce qui lui donne une singularité bien à lui.

Il balade sa voix sur plusieurs types de prods qui ont quand même le point commun d’une mélancolie latente. Le jeune rappeur travaille notamment avec des beatmakers comme VRSA Drip, Fares ou encore Kon Queso. Il maitrise, l’aspect rap mais aussi rappotage, on pourrait un fois de plus se dire qu’aujourd’hui c’est tout à fait normal pour un rappeur. Cependant en alliant cet élément aux autres (voix, écriture), on commence à apercevoir le singularité de cet artiste. Il travaille et parfait de plus en plus ses qualités, on peut percevoir cette évolution au cours des 4 derniers projets qu’il a sorti cette année.

So La Lune fait parti de ces Freshmen du rap francophone, avec un potentiel énorme. Il sait faire preuve de polyvalence dans ses flows qu’il met au service de ses récits. Même si on peut penser que ses thèmes sont des marronniers du rap aujourd’hui. Mais le mélange de ces thèmes, de cette voix, de cette sensibilité, cette écriture sans fioritures et cette interprétation donne à So La Lune cette couleur unique au sein des rookies de la planète rap.

Scroll To Top