pixel
Now Reading
Un monde en suspension

Un monde en suspension

Un rapide tour d’horizon pour comprendre au-delà de nos « popotes » comment les mouvements du monde conditionnent directement notre vie quotidienne. Le moment est propice. La guerre en Ukraine est un véritable tremblement de terre qui rebat toutes les cartes. Le monde est en suspension. Il ne sera plus comme avant et nous ne serons plus comme avant quoi que nous fassions.

C’est la guerre en Ukraine qui a tout déclenché

On a longtemps cru que la pandémie initierait une ère nouvelle et redéfinirait nos priorités. Il était naïf de penser qu’elle nous ferait prendre conscience du volcan sur lequel nous sommes assis. C’est la guerre en Ukraine qui a tout déclenché. Le monde est en suspension et elle sera le point de bascule. Non pas que les deux belligérants aient un rôle primordial dans cette réorganisation, ils n’en sont que les détonateurs. C’est un jeu de billard à trois bandes qui se joue avec à la clé des enjeux colossaux, jusqu’à notre survie sur cette terre. Un « jeu » de billard qui mérite toute notre attention.

Un jeu de billard à trois bandes entre la Chine, les États-Unis et l’Europe

États-Unis, Chine, Europe, notre avenir se joue dans ce triangle-là. La guerre sur le sol européen a pointé l’ancienneté et l’inanité des règles qui équilibrent la communauté internationale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs évènements clés ont bouleversé cet équilibre. L’émergence de la Chine en passe de devenir la première puissance économique mondiale. L’intervention insensée des États-Unis pour imposer son pouvoir au Moyen Orient après 2001 – une catastrophe humanitaire sans précédent qui devrait être traité en crime contre l’humanité –. L’urgence climatique et enfin, la montée en puissance d’une Europe qui, si elle reste encore sous la tutelle des États-Unis, commence à s’affirmer. L’équilibre qui prévalait jusqu’alors explose. Non pas sous l’effet d’une crise économique ou financière mais sous le coup de boutoir d’un homme seul, M. Poutine, qui expose sur la scène internationale sa barbarie : la guerre et ses atrocités.

Subitement ou perçoit la possibilité d’un monde qui bascule du côté de la Chine

Sollicitée par la Russie, la Chine prend prudemment parti pour la Russie, et l’effet domino s’enclenche. L’Inde, l’Iran, les pays du Golf avec plus ou moins de précautions prêtent allégeance à Pékin. Subitement s’entrevoit la possibilité d’une bascule côté chinois avec un passage du dollar au yen comme monnaie de référence et la perte de l’extraterritorialité du droit américain. Chute libre. Face à face un bloc oriental essentiellement sous des dictatures et les États-Unis sur le déclin, proches de la guerre civile et de plus en plus isolés sur la scène internationale.

N’ayant pas les moyens d’assurer leur sécurité et leur indépendance énergétique, les autres pays sont sommés de choisir leur camp comme viennent de le faire la Russie, l’Inde, l’Iran et les pays du Golf. Choisir les Etats-Unis, c’est se couper du plus gros marché de la planète. Choisir la Chine, c’est accepter la vision du monde de XiJing Ping. En conséquence, le choix pour le moins difficile face à deux blocs qui ne répondent en rien aux enjeux contemporains majeurs et conduisent la planète au bord du précipice.

Un choix impossible. Un monde en suspension

La majorité des citoyens se retrouve contrainte à faire des choix par défaut. d’ou la profonde crise morale que nous traversons. Que ce soit sur la scène nationale entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Ou sur la scène internationale entre XiJing et Joe Biden. Il n’existe aucune force politique en capacité de proposer une alternative au néolibéralisme occidental en fin de vie et ces nouvelles dictatures qui nous replongent dans les abîmes du passé.

Entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, entre les États-Unis et la Chine, entre le néolibéralisme et son effet miroir, la dictature, comment retrouver notre dignité ? Comment nous inscrire dans une nouvelle histoire ? Comment réinventer les interactions sociales après quarante ans d’une chape de plomb. Les contre-propositions ne pourront se dessiner qu’au niveau international. Comme ce fut le cas lors de la révolution culturelle des années soixante-dix et les profondes transformations (bonnes et mauvaises) qu’elle provoqua.

Mettre sur la table un nouveau contrat social

L’alternative pourrait être entre les mains de l’Europe si elle avait le courage et l’aplomb de mettre sur la table un nouveau contrat social avec l’ensemble de ses citoyens. Se poser en arbitre entre deux « impossibles ». N’est-ce pas à ce niveau que notre combat se situe, entre la proximité et l’international ? Entre ce qui se passe au bout de la rue et ce qui se passe au bout du monde.

Le conflit ukrainien ne doit-il pas être pensé en ces termes ? Plus qu’une guerre entre deux protagonistes, le gentil et le méchant, c’est un choc de Titans pour la domination de la planète qui se joue entre deux empires dont aucun d’eux ne nous inspire. Sortir par le haut dans ce conflit européen, c’est provoquer un choc culturel. Élaborer un nouveau contrat entre les citoyens qui inspire le reste du monde. Comme le fut la déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789. Il est temps de retrousser nos manches. Il est temps de nous mettre au travail en sortant de nos querelles vaines et mortifères.

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top