pixel
Now Reading
Depuis un demi-siècle, les black Panthers sont réduits à des manteaux de cuir et à des fusils de chasse

Depuis un demi-siècle, les black Panthers sont réduits à des manteaux de cuir et à des fusils de chasse

Les représentations du Black Panther Party dans les médias grand public ont largement occulté leurs idées ou leur militantisme communautaire, déclare Shaka King, la réalisatrice du nouveau film sur les Panthères noires, Judas et le Messie noir. Ils ont été traités de terroristes, de séparatistes marginaux, de « bêtes sauvages » et de « jumeau diabolique du mouvement des droits civiques ». Mais si vous demandez à de nombreux militants actuels qui luttent contre le racisme et l’inégalité des Noirs aujourd’hui, ils vous diront que l’influence des Black Panthers est incommensurable. C’est ce que nous explique le New York Times dans un excellent article « The Black Panther Party’s Impact on Modern Day Activism ».Article en Anglais

De nombreux aspects de leur travail : leurs idéaux socialistes, l’accent mis sur l’organisation de la base, le langage sur la suprématie blanche, la lutte contre la brutalité policière et à plus grande échelle, l’abolition des prisons ont commencé aujourd’hui à faire leur chemin dans le discours dominant.

Black Lives Matter a été créé dans des circonstances similaires, après l’acquittement de George Zimmerman pour le meurtre de Trayvon Martin, 17 ans, non armé, en 2013. Si les avancées technologiques ont permis aux militants de surveiller les abus de la police avec des téléphones portables plutôt qu’avec des armes, Nelson affirme que le principe sous-jacent n’a pas changé. « Nous étions tout aussi présents, mais d’une manière différente », dit-il. « L’utilisation des téléphones est en ligne directe avec les techniques utilisées par Black Panthers qui suivait la police et observait les arrestations ».

Si les Panthers ont lutté contre la brutalité policière, ils ont également beaucoup investi dans l’organisation et l’aide à la communauté. Leur programme de petit-déjeuner gratuit a permis de nourrir des milliers d’enfants affamés avant l’école ; ils ont mis en place des cliniques de santé, des centres de développement de l’enfant et des garde-manger. Ils se sont occupés de la lutte contre les parasites, ont donné des manteaux et des chaussures en hiver et ont mis en place un service de bus gratuit pour les prisons afin que les gens puissent rendre visite à leurs proches ou aux membres de leur famille incarcérés.

Ce n’est pas par hasard que l’image du Black Panther Party reste si profondément ancrée dans la conscience culturelle. Les dirigeants du parti comme Huey Newton étaient parfaitement conscients du pouvoir qu’avaient les images pour améliorer le profil d’une organisation et la construction d’un mythe visuel. Eldridge Cleaver, par exemple, a aidé à concevoir une image imposante de Huey P. Newton qui allait définir le mouvement pour les années à venir ; des décennies plus tard, elle a même été reproduite dans une affiche du film Marvel Black Panther.

Ces dernières années, cette mythologie visuelle des Black Panthers a également fait son chemin dans le sport et la culture pop. Lors du Super Bowl 2018, Beyoncé a participé au spectacle de la mi-temps avec ses danseurs arborant des bérets noirs panthères. (Cette iconographie a suscité beaucoup d’indignation, notamment de la part du directeur exécutif de l’Association nationale des shérifs, qui l’a accusée d' »incitation au mauvais comportement »). Et après que la star de la NBA Russell Westbrook ait été narguée par un fan pour ce qu’il a qualifié d’abus « racial » et « irrespectueux » lors d’un match de 2019 dans l’Utah, les joueurs de Jazz and Nets se sont présentés à un match suivant portant des t-shirts avec une citation de Fred Hampton : « On ne combat pas le racisme par le racisme, on combat le racisme par la solidarité. »

Les femmes ont joué un rôle essentiel dans le parti, puisqu’elles représentaient au moins les deux tiers de l’organisation à la fin des années 1960. Elaine Brown a édité le journal du parti et a dirigé toute l’organisation de 1974 à 1977. D’autres femmes ont été impliquées à tous les niveaux de l’organisation ; elles se sont battues pour une compréhension plus inclusive du Black Power et ont dirigé plusieurs des programmes communautaires les plus réussis du parti. (L’une de ces femmes est l’écrivain et militante Akua Njeri, qui est représentée par Dominique Fishback dans Judas et le Messie noir).

Black Lives Matter a été fondée par trois femmes – Patrisse Cullors, Alicia Garza et Opal Tometi – et nombre de ses dirigeants sont des femmes. Selon Pulley, un chant écrit par l’ancienne Panthère Assata Shakur est régulièrement utilisé pour clôturer les actions et les réunions de Black Lives Matter. « Nous continuons à apprendre d’elles : elles ont une énorme sagesse et une expérience de l’histoire, ce qui est vraiment énorme, surtout lorsque l’amnésie et l’effacement historiques effacent toutes les traces du pass », dit Pulley à propos des femmes du mouvement.

« Quand les Panthers sont été créés, beaucoup de gens se sont demandés de quoi ils parlaient », dit Nelson. « Mais nous pouvons aujourd’hui pointer les revendications du programme et la majorité des gens seraient d’accord avec toutes ».

Scroll To Top