pixel
Now Reading
Chronique d’Urnes – La macronie, une pensée zombie sur un lit de réanimation

Chronique d’Urnes – La macronie, une pensée zombie sur un lit de réanimation

La macronie est une pensée zombie, celle d’un néolibéralisme qui ne mérite pas son lit de réanimation. Une pensée déjà morte mais encore mortifère. Qui réduit les lits d’hôpitaux en peau de chagrin, du fait d’une gestion aveugle aux nécessités du présent et une xénophobie d’État en supplément d’infamie.

La macronie est capable de réduire drastiquement les libertés des personnes, s’asseoir allégrement sur le principe d’égalité en droit (en distinguant qui a un passeport “sanitaire” de qui n’en a pas), dire tout et son contraire, décréter que tel lieu est un cluster et tel autre non, sans le moindre commencement d’une preuve ni logique élémentaire.

Tout cela, la macronie peut le dire et le décréter dans un autoritarisme que ne renierait aucun Poutine du monde. Au début de la pandémie, que les décisions aient été prises en urgence et sans débat, on peut l’admettre. Deux ans plus tard, il s’agit d’un système qui fonctionne hors de la moindre procédure démocratique. Un « conseil de Défense » prend les décisions dans la plus parfaite opacité et sans la moindre responsabilité juridique de ses membres. La France n’est donc pas un État de droit. L’état d’exception y est la règle.

Une idéologie zombie

On pourrait croire que l’autoritarisme de la macronie lui permet d’adapter le pays à la pandémie. Il n’en est rien. La preuve : la France continue de réduire son nombre de lits d’hôpital.

L’État a pu dépenser des milliards pour sauver des bagnoles ou des avions mais n’a en rien changé sa politique vis-à-vis de l’hôpital public. Toutes les libertés, y compris celle du commerce si cher à la macronie, reposent entièrement sur la capacité de l’hôpital à répondre au défi pandémique. Or, il y a encore des « responsables » ne trouvant rien de mieux à faire que l’affaiblir encore. Cette imbécillité a un nom : le néolibéralisme. Celui-ci est profondément incrusté dans l’État. Et plus fortement arrimé à un courant politique rassemblant droite et « gauche » dans une même impasse : la macronie.

C’est le management néolibéral qui est ici en cause. Seule une tête complètement ravagée par cette idéologie peut concevoir de fermer des lits d’hôpitaux quand ceux-ci sont la denrée la plus essentielle. Essayer de comprendre la logique qui mène à cet absurde est une pure perte de temps. On ne demande pas à un fonctionnaire soviétique de la fin de l’URSS pourquoi il remplit des dossier en sept exemplaires pour une administration qui n’existe plus. Il n’en sait rien, il ne fait qu’appliquer des règles qui n’ont plus le moindre sens. La macronie c’est la même chose, elle « applique ce qu’il faut appliquer », soit un logiciel totalement obsolète.

Expulser des personnes sur lesquelles le pays tient tout entier

Darmanin peut aussi se féliciter à longueur de twitters de « faire mieux que les voisins » en terme d’ignominie. Ainsi, à chaque nouvelle expulsion de sans-papier il crie victoire. Quel rapport avec la crise sanitaire ? On sait qu’au moins 10% des médecins en hôpital sont étrangers. Il est bien plus difficile d’estimer cette proportion dans le reste du personnel hospitalier. Sans rien dire de l’ensemble des métiers de « première ligne ».

« Il nous faudra nous rappeler aussi que notre pays, aujourd’hui, tient tout entier sur des femmes et des hommes que nos économies reconnaissent et rémunèrent si mal. » disait Macron (13 avril 2020). Or, bon nombre des personnes que Darmanin est si content de voir dans un avion en direction d’un pays où elles seront maltraitées travaillent. Et elles travaillent en pleine pandémie dans tous ces secteurs sans lesquels tous ceux qui crient à longueur de journée leur détestation des étrangers ne pourraient plus s’alimenter, leurs parents se chieraient (littéralement) dessus sans plus d’assistance pour se nettoyer.

Un projeeeet

Fermer des lits d’hôpital et expulser des travailleurs étrangers : quand le néolibéralisme se conjugue avec la xénophobie d’État dans une même ineptie sanitaire, sociale et économique. Voilà le projet asphyxiant de la macronie. Débranchons le respirateur artificiel de son candidat pour pouvoir respirer.

Scroll To Top