pixel
Now Reading
C’est quoi, c’est qui Bebar ?

C’est quoi, c’est qui Bebar ?

L’artiste BEBAR expose actuellement à la galerie Sakura, 21 rue du Bourg Tibourg jusqu’au dimanche 17 avril et on y retrouve toute la richesse et l’étendue de sa création. Issu du graffiti, il ne refuse pas de se frotter à différentes formes artistiques, telles que l’illustration, la sculpture ou encore le tatouage.

Des murs, des bestioles, qui l’ont toujours fait rêver et quelques bombes de peintures, c’est tout ce dont BEBAR a besoin pour libérer les formes ovoïdales, organiques, coulantes, voire sexuelles de ses œuvres. Elles trahissent sa culture ibérique inspirée par Pablo Picasso, Joan Miró ou encore Jean Dubuffet. Dans un geste de création spontané, il se laisse porter par un inconscient riche de féérie, de démons, de bestiaires et mystères insondables ou chacun est libre de plonger son regard pour trouver des formes et des traces de vies selon ses interprétions. L’homme est riche et prolifique, il construit un univers complexe, radical et révolté qu’il surnomme lui-même BEBARBARIE.

ONEDAY with “BEBAR” in Paris

Une révolte assumée

Ses origines créatives sont sans conteste dans la rue ou il débute très tôt avec le graffiti. Il devient membre du NSK Crew à 16 ans, puis le MAC Crew en 2013 et le WIB Crew en 2014. Il a eu la chance de naître dans une famille issue de la vague d’immigration des années cinquante et de vivre dans sa chair les évènements qui ébranlent le monde au milieu de cultures diverses et variées qui l’ont enrichi et fait grandir. Sa Bebarbarie traduit une révolte affirmée face à une société injuste et intolérante. Il perçoit le racisme comme quelque chose d’arriéré dont il ne conçoit pas l’existence aujourd’hui encore au XXIem siècle, une réalité qui l’affecte profondément dans sa chair. « Combattons l’oppression actuelle et posons les bases de l’égalité et du respect de demain » déclare-t-il.     

French artist Bebar in Brownsville, Brooklyn

Un artiste polyvalent

BEBAR est un artiste polyvalent de 29 ans qui ne refuse pas de se frotter à différentes médiums artistiques, telles que la bombe, le bois, la résines, la broderie, la sculpture ou encore le corps humain avec le tatouage. Si toujours il revient à sa source, la rue et ses murs, il expose aussi son travail dans les galeries d’arts en France et à l’international. En 2013 il participe au grand projet de rénovation de sa ville natale Vitry-sur-Seine aux côtés de C215 et expose ses premières œuvres au festival international de Bagnolet, KOSMOPOLITE 2013. Il rencontre Kongo et Colorz lorsqu’il réside à l’atelier Narvaland pendant deux ans. C’est dans ce contexte qu’il fera une réflexion sur sa démarche artistique et sur les fondements de sa créativité. Il expose depuis 2016 dans différentes villes comme à Paris, Marseille, Nantes, Biarritz, Colmar, Lyon, Barcelone, Madrid, Amsterdam, Innsbruck, Budapest et New York…

FRED-ATAX-BEBAR-Philippines-Mur-wadap

De la rue à l’académie

Sa maîtrise du graffiti même le plus transgressif ne lui suffit pas et il apprend pour enrichir sa démarche artistique les techniques académiques à l’École Nationale des Arts Décoratifs de Paris puis à la Parsons School de New York. Les lignes de force de ses œuvres s’inspirent de l’univers des cartoons qui se perdent dans les motifs en arabesques en créant des « mutations » improbables et vivantes qui aspirent votre imaginaire.

Il s’attaque à la matière avec tous les outils dont il dispose

C’est du monde dont il nous parle, de sa dimension concrète tout autant que cosmique : l’infiniment grand et l’infiniment petit. Ses créations ne sont pas sans rappeler l’univers psychédélique d’un Crumb dans les seventies, ça coule, ça s’enroule, ça dégouline, ça créé des labyrinthes dont on ne peut plus s’extraire. « Je me définis par mon indéfinition ; je peux être sur une peau en tatouant, en train de faire du body painting ou de la sculpture ou encore travailler l’argile » déclare-t-il. Il n’a pas de technique de prédilection, il s’attaque à la matière avec tous les outils dont il dispose que ce soit la peau, le métal ou les grands murs qu’il travaille au corps à corps.

Nights are violet 2019

Un artiste inspiré et inspirant

BEBAR est un artiste inspiré et inspirant que l’on sent toujours prêt à décrocher son pinceau, sa bombe pour faire vivre toutes les richesses et les démons qui l’assaillent au quotidien. Il expose actuellement à la galerie Sakura, 21 rue du Bourg Tibourg et on y retrouve toute la richesse et l’entendue de sa création. Des toiles, des sculptures en acier ou d’étonnantes bagues en argent. Le lieu est lumineux, plein de soleil et on a envie en traversant ses œuvres de partir en voyage, de se faire aspirer par ces œuvres truculentes. Derrière ces facéties tout aussi tourmentées que joyeuses, c’est de l’amour que BEBAR nous transmet.

BEBAR / Street Art Interview by Hiya


View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top