pixel
Now Reading
Grödash, le rap à l’intersection de l’histoire et du pouvoir d’agir

Grödash, le rap à l’intersection de l’histoire et du pouvoir d’agir

Nous avons rencontré Grödash à l’occasion de la sortie de son projet Monnaie Time. L’occasion de revenir ensemble sur un parcours atypique fait de déménagements, de sciences politiques, d’engagement social et de rap. Une véritable ode à la multiplicité où l’intersection entre rap, histoire et pouvoir d’agir se révèle à travers Grodäsh.

Un parcours migratoire inversé

Dès sa naissance en 1981, l’histoire de Grödash, aka Freddy Biebie, est à l’intersection de l’histoire et du pouvoir. Né en France où ses parents étudient les enjeux de la décolonisation au Zaïre pour l’un et la toxicologie pour l’autre. Chacun obtient son doctorat et c’est sur le continent africain qu’ils souhaitent agir et interagir.

Après quelques années en Algérie, la famille décide de retourner à Brazzaville. Une sorte de parcours migratoire à l’envers des représentations occidentales qui le marque à vie.

« Et pourtant, avec tous leurs diplômes, ils sont restés en Afrique, payés des clopinettes… C’était plus important pour eux de garder la tête haute, de se battre pour leurs convictions et leur pays, que d’avoir une vie confortable. »

Jeune Afrique, 1er juin 2021,Arnaud Aubry, 

Une enfance marquée par la guerre

De ces années, Grödash garde des souvenirs émus qui contrastent avec la violence de ce qu’il vivra ensuite. Jean Claude Ekalabo (son père) participe au renversement éclair de Mobutu en 1993 (dictateur Zaïrois). Il assure alors la fonction de ministre de la recherche scientifique et de l’enseignement pour le compte du gouvernement d’Etienne Tshisekedi (père du président actuel Félix).  La guerre civile éclate et c’est le départ “en catastrophe de Brazzaville pour Kinshasa. Notre maison brûle”. C’est la guerre. Freddy a alors 12 ans.

A l’époque, je ne comprenais rien à tout cela, tout ce que je voyais c’est qu’il fallait tout quitter et déménager”.

Propos recueillis le 29 janvier 2022

Une fois là bas, faute d’école française, ses parents l’envoient en Europe. 1994, il découvre alors Vigneux sur seine chez un oncle maternel. Loin des jeunes de son âge, de ses repères, il se rassure avec ses cousins des Ulis et traine surtout là bas.

Pour le jeune Grödash, l’intersection entre son histoire, son pouvoir d’agir et le rap ne saurait tarder.

Mettre l’Essonne et les Ulis sur la carte du rap

Il rencontre alors une certaine Mélanie. Impressionné par sa répartie, l’un et l’autre se lient d’amitié.

On l’a chambrait et quand on lui a demandé son prénom elle a répondu sèchement : “Je m’appelle pas”. J’ai trop kiffé, je l’ai plus lâchée.”

Propos recueillis le 29 janvier 2022

Le collectif l’Amalgame voit le jour (Grodash, Sinik et Fik’s) avec des apparitions de Diam’s.

A cette époque, le gars a 16 ans et c’est “une figure des Ulis”. “Des portes s’ouvrent alors mais sans plus”. A croire qu’il est arrivé sur la scène au mauvais endroit et au mauvais moment.

Le 91 n’a pas encore la renommée d’aujourd’hui et l’époque cherche son modèle économique entre effondrement des ventes de disques et début du streaming. 

Qu’a cela ne tienne, l’équipe devenue Ulteam Atom monte Dégaine ton style.

Le rap comme mission

Marqué par la profession de foi de Minister Amer sur 95200 où Stomy se dit “objecteur de conscience” et Passy “éducateur de masses”.

Son rap c’est de l’édutainement sinon rien, mais “sans être moralisateur ou donneur de leçon”. 

Quand il revient en 2015 au Congo, lassé du rap game et de ses sirènes, il découvre combien les populations locales sont exploitées et notamment les femmes.

Parti renouer avec sa famille et ses racines, c’est une autre réalité qui l’attend.

La GBS Fondation

De là, sa mère est invitée à Hong Kong pour un Ted talk, puis BNP Paribas s’intéresse au projet et la machine est lancée. Désormais, la banque de femmes congolaises existe, une banque pour les femmes et par les femmes (même si les hommes sont acceptés). 

A ce jour, environ 5000 femmes congolaises ont monter leur PME et sont accompagnées par la GBS fondation

Grodäsh est conscient des implications politiques et sociales de l’intégration des femmes à la vie économique et publique. A ses yeux, c’est “elles qui font tourner le pays” tout en étant les victimes idéales de crimes de guerre depuis la nuit des temps. 

Les femmes sont violées là bas comme monnaie d’échange pour le cobalt qui sert aux énergies vertes. Il y a même un gynécologue spécialisé dans la reconstruction vaginale, tu vois le délire? Le mec est wanted là bas, tout le monde veut sa peau”.

Propos recueillis le 29 janvier 2022

La condition féminine au coeur de sa réflexion

Le corps des femmes, leur ventre, toujours à la merci de la domination, des rapports de force et de la masculinité qu’il s’agit désormais de transformer.

C’est aux hommes de travailler pour sortir des représentations machistes. Les femmes ont déjà fait le boulot, c’est notre tour”. 

Propos recueillis le 29 janvier 2022

Certain que la situation est “plus aisé pour une femme en Europe que pour une femme au Congo pour qui le seul choix c’est la débauche ou l’obéissance”, il observe la difficulté à exister dans un corps perçu comme féminin.

J’ai une fille, je voudrais qu’elle puisse faire les choix qu’elle veut, qu’elle devienne ce qu’elle veut”. 

Propos recueilli le 29 janvier 2022

Valoriser les actions des femmes, rendre visibles celles qui ne le sont jamais, tel est le projet. Conscient que “le pouvoir est enivrant” comme le lui a appris son père, il préfère le partager que le confisquer.

C’est pourquoi les fonds levés sont systématiquement redistribués directement aux femmes. C’est désormais, leur moment de gagner leur pain, leur monnaie time. 

Foncièrement, Grödash nous invite à penser l’intersection entre pouvoir d’agir et histoire individuelle à travers son rap entendu comme mission.

Monnaie Time est disponible ici

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top