pixel
Now Reading
Media Crash, dans les coulisses de la corruption médiatique

Media Crash, dans les coulisses de la corruption médiatique

Qui a tué le débat public en France ? C’est la question que se pose le documentaire Media crash co produit par Valentine Oberti et Luc Hermann. Sorti en salle le 16 février, le documentaire nous ouvre les coulisses de la corruption médiatique. Piqûre de rappel de l’hyper-concentration des médias en France et de sa menace sur la démocratie.

Dans les coulisses de la corruption, Media Crash tire le portrait d’un paysage politico-médiatique au service des intérêts d’une poignée de milliardaires. Intérêts politiques ou d’influence, le message y est clair. Les médias mainstream détenus par les milliardaires, notamment Vincent Bolloré, servent surtout de tremplin propagandesque à des idéologies extrémistes.

Ce documentaire d’investigation co produit par Valentine Oberti de Mediapart et Luc Hermann de Premières Lignes et Mediapart, dissèque la fabrication ou la censure d’informations derrière les rideaux de certaines rédactions. Il montre de quelle façon des intérêts privés peuvent servir d’entrave à l’information, de sa fabrication à sa diffusion.

Media Crash se veut comme un rappel à la déontologie journalistique brouillée par la grande majorité des médias mainstream. Ainsi, alors que les obsessions de l’extrême droite sont concentrées au cœur du débat public, Media Crash entend déplacer un débat dont la question centrale aurait mal été posée. Sur fond de dénonciation, le documentaire met également en lumière la pression qui pèse sur les médias indépendants affranchis de toute pression financière ou industrielle. Une alerte pré-électorale d’intérêt général dans ce lieu populaire qu’est la salle de cinéma.

Qui a tué le débat public ?

Pendant près d’une heure et demi, les réalisateurs font défiler des spécialistes des médias, chercheurs au CNRS, économistes, avocats, journalistes et directeurs de médias sur fond d’archives d’émissions télévisées et d’écoutes téléphoniques. Présenté en avant-première sur la plateforme Mediapart, le documentaire s’articule en 3 chapitres. 

Les incendiaires, les barbouzes et les complices

D’abord, “Les Incendiaires”. Ceux qui, pendant des mois, façonnent et banalisent des discours d’extrême droite aux côtés d’invités incontrôlés ou incontrôlables à des heures de grande écoute. Dans le documentaire, la chercheuse au CNRS spécialiste des médias, Claire Sécail, montre ainsi que de septembre à décembre 2021, 53% du temps d’antenne politique sur l’émission de Touche pas à mon poste a été donné à des candidats de l’extrême droite. Alors pas encore déclaré candidat à l’élection présidentielle, Eric Zemmour cumule 40,3% de temps d’antenne à lui seul, d’août à octobre 2021 sur le plateau de TPMP. Une mise en avant douteuse pour le polémiste condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale. Douteuse, comme la nomination de Louis de Raguenel, ancien journaliste de Valeurs actuelles, à la tête du service politique d’Europe1 à quelques pas d’une année électorale.

©Fatherfucker35

Puis, “Les Barbouzes”. Ces grands patrons milliardaires, comme Vincent Bolloré ou Bernard Arnault, venus du BTP, du luxe ou de la téléphonie, qui détiennent 90% des médias privés. Eux, boudent les médias quand ils jugent les investigations journalistiques trop perturbantes pour leurs affaires lucratives. Et quand l’autocensure des rédactions et les pressions amicales ne suffisent pas, ce sont les mesures de rétorsion qui commencent. Censures, licenciements, poursuites judiciaires et intimidations, ces oligarques, au carnet d’adresse bien garni, œuvrent comme bon leur semble. 

Enfin, “Les Complices”. Ces médias et figures d’influence qui  jouent dans la cour des “puissants”. Ici, le documentaire s’interroge sur les pressions exercées sur les journalistes. Parfois même avec la complicité de personnalités étatiques et de polices privées. Les réalisateurs reviennent également sur l’affaire Sarkozy-Khadafi, avec le volte-face “théâtralisé” de Ziad Takkiedine en exclusivité sur BFMTV.

Les médias indépendants contre les vents mauvais…

 Le principe de la liberté de la presse n’est pas moins essentiel, n’est pas moins sacré que le principe du suffrage universel. (…) Attenter à l’une, c’est attenter à l’autre. » 

Victor Hugo, Discours sur la liberté de la presse, 1848.

C’est sur cette citation de Victor Hugo, prononcée à l’Assemblée nationale le 11 septembre 1848 que se clôt le documentaire. Étayé, et fouillis, Media Crash se veut un “film d’intervention grand public”. D’abord pour dénoncer les pratiques malhonnêtes de certains médias mainstream, notamment à l’origine de la crise de confiance dans le journalisme. Un journalisme mis à genoux, écrasé sous le rouleau compresseur des médias dominants et les post-vérités aux intérêts privés. Media Crash entend également mettre en lumière le travail consciencieux des médias indépendants qui vivent pour l’essentiel, et parfois exclusivement, des contributions ou abonnements des lectrices et lecteurs.

Le Fonds pour une Presse Libre, a lancé en octobre 2021, l’appel « Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante » en soutien à la presse indépendante. Cet appel, signé par 87 médias indépendants, alerte sur l’urgence de construire un écosystème de presse indépendante. « Il y a une alternative à la ‘mal info’ et à certains médias de masse qui propagent les peurs, les haines et fracturent la société », écrit le FPL dans son appel.

Un manifesto pour la liberté de presse

Aujourd’hui, la dépendance éditoriale de certaines rédactions reste un point sensible pour la liberté de la presse. Du fait de leur intégration à des groupes ayant des intérêts, au delà même de l’économie. Une vigilance qui doit être primaire dans la perspective des prochaines élections présidentielles. Pourtant, elle est aujourd’hui largement ignorée par bon nombre de candidats, selon les réalisateurs du film documentaire. Ainsi, Media Crash est autant un manifesto pour la liberté de la presse qu’un rafraîchisseur de mémoire de ce qu’est la déontologie journalistique.

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top