pixel
Now Reading
La tribune du réseau HIYA! La culture du 21e siècle

La tribune du réseau HIYA! La culture du 21e siècle

dali

Des rédacteurs.rices du media et des artistes du réseau HIYA! proposent, dans cette tribune, une définition de la culture du 21e siècle.
Ce texte devait être initialement publié à l’automne 2021 dans un quotidien national, mais faute de preneur, il est publié sur HIYA! et vient inaugurer notre nouvelle rubrique Idées ouverte à toutes celles et tous ceux qui souhaitent s’y exprimer.

Voici donc la tribune élaborée par le réseau HIYA! où les enjeux de la culture du 21ème siècle sont exposés.

Je me révolte donc nous sommes !

Un brouillard étrange flotte sur la France. Chaque heure passée à parcourir les colonnes d’un journal ; chaque heure perdue à visionner les débats qui s’installent dans un confortable entre- soi sur les plateaux de certaines chaînes dites d’information ; chaque heure égarée dans les recoins de la twittosphère, est un motif supplémentaire de désespérance. 

La fiction qui nous est proposée n’a plus aucune connexion avec le réel

De l’abstention massive aux régionales, à la valse des « présidentiables », tout n’est que le symptôme de la fin de leur monde. Un ordre ancien qui n’existe déjà plus alors qu’un nouveau est en train de naître. Cette atmosphère lourde n’est pas celle de notre pays. Nous refusons de céder aux sirènes de l’abattement et du désespoir. Oui, une partie du monde politique et médiatique a fait sécession. Mais l’air que l’on respire dans les coursives de certaines télés n’est pas celui des champs et de la rue.

Il existe un autre pays, peuplé de gens qui luttent 

Précaires de tous horizons sociaux, raciaux, géographiques qui rivalisent d’inventivité pour joindre les deux bouts dans une société qui les méprise. Militants et militantes, qui dépensent leur énergie sans compter pour que demain soit un petit mieux qu’aujourd’hui. Artistes et intellectuel.le.s – du graffiti à la danse, de la musique à la comédie, de la littérature à la philosophie – celles et ceux qui n’ont pas oublié d’où ils venaient, les barrières qu’on a dressé sur leurs routes, qui subliment le terreau merdique qui les a vu naître.

Cette Terre de créatrices et de créateurs, ce pays vivant qui construit un monde nouveau, c’est le nôtre. 

Nous sommes celles et ceux qui faisons vivre la culture du 21e siècle

Cette culture vivante, c’est celle d’Aïssa Maïga et d’Adèle Haenel, qui refusent une humiliation de plus à une cérémonie des Césars. Celle d’Adama Camara – rappeur, auteur, film maker – qui dialogue chaque jour depuis sa sortie de prison avec la jeunesse, pour briser le cercle de la violence. Celle d’Ingrid Levavasseur, aide-soignante, de Sabrina Ali Benali, médecin, toutes deux gilets jaunes, qui se battent pour la dignité de chacun. Celle de Gulhumar Haitiwaji, qui lutte pour la libération des Ouı̈ghours. Celle de Cyril Dion, qui se met au service de celles et ceux qui combattent pour l’avenir de la planète. Celle des Colleuses, qui affichent les violences faites aux femmes sur nos murs. Celle d’Assa Traoré, éducatrice spécialisée, de Fatima Ouassak, politologue, qui demandent que leurs fils et leurs frères puissent sortir sans risquer de ne plus jamais rentrer à la maison.

S’il est une leçon à tirer du passé, c’est que les tenants de l’ordre établi finissent toujours par avoir tort. Il arrive à l’histoire de bégayer, mais au bout du chemin, elle penche toujours du côté de la vie. 

Nous sommes les proscrits, d’Antonin Artaud à Lino. Nous sommes la plume dans la plaie, de Victor Hugo à Assassin. Nous sommes la voix des invisibles, d’Aimé Césaire à Keny Arkana.  Nous sommes l’outrage à la morale, de Baudelaire à Audre Lorde. De Pasquale Paoli et Joseph Ignace à 1789, de 2005 à la Commune, nous sommes les partisans du mouvement.

C’est le génie de la création qui forge notre communauté de destin

Ce qui nous lie, c’est la culture. Le mélange, la citation, l’hybridation : en un mot, la vie. Un élan qui fait vibrer les âmes, une source de fusion qu’on ne lit pas dans les intentions de vote pour les néo-fascistes. 

La culture est politique, elle l’a toujours été. Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ; pour être ensemble, libres et égaux. Cet universel que nous défendons, n’est pas celui des tenants de « l’universalisme ». Ils voudraient lutter contre l’éveil de toute une population sur la nature des oppressions qu’elle subit ? Qu’à cela ne tienne, nous ne nous rendormirons pas. L’histoire sera juge.

« Si on ne s’occupe pas de politique, la politique s’occupe de nous » (Sieyès)

Les illusions sont perdues, le vide de la course de petits chevaux qui trouvera son terme prochainement n’échappe à personne. Débattons, organisons, construisons les nouveaux récits qui viendront balayer les fictions réchauffées. Il est temps de bousculer l’ordre établi et de faire basculer l’histoire du bon côté. Le futur n’est pas mort. 

Nous appelons à la mobilisation toutes celles et ceux qui se retrouvent dans nos propos. Du petit geste, à l’engagement associatif, à la création artistique et l’action culturelle : investissons-nous ! 

Nous ne sommes pas sans puissance, nous faisons émerger des alternatives.

AbdallahSlaimanCEO HIYA!, entrepreneur
BenjamineWeillRédac-chef HIYA!, travailleuse sociale
NadaAbou el amaimJournaliste
GabrielBacavePlanneur stratégique
Bboy MounirBreakdancer, entrepreneur
MekoloBiliguiJournaliste
BiskArtiste plasticien
Comer OBKGraffiti artiste
DizeGraffiti artiste
HarryFarlowCreative Strategist / Artiste
AnisHadidouCréateur de contenu
JungleArtiste plasticien
KoukaArtiste plasticien
LaskGraffiti artiste
CapucineLégelleJournaliste
SullivanLépineProducteur et artiste hip-hop / journaliste
MoyoshiStreet artist
NikkfurieRappeur
Rockin SquatRappeur
JérémyRubensteinChroniqueur, Historien
ScratchyBeatbox artiste
SiamArtiste plasticien
EloïseSimmenCheffe de projet culture
BoulomsoukSvadphaiphaneAuteure, réalisatrice, photographe
YodaRegisseur spectacle
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top